Analyse

Plus du tiers des salariés perçoivent moins du Smig

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5336 Le 17/08/2018 | Partager
50% émargent à 2.721 DH au plus par mois
Deux salariés sur dix déclarés toute l'année
Un pic de 392.000 sortants du régime atteint l'année dernière
cnss_salaires_036.jpg

39% des salaires déclarés en 2017 sont inférieurs au Smig. Seuls  14% sont à plus de 6.000 DH par mois

Si, dans la fonction publique, l'emploi est garanti à vie, dans le secteur privé, le travail au noir et la précarité prédominent. Une partie importante de la population des salariés est déclarée moins de 12 mois. 

Les chiffres 2017 de la CNSS relèvent que près du tiers des salariés (31%) le sont moins de 156 jours, l’équivalent de 6 mois de travail. Seulement 23% des salariés ont été déclarés tout au long de l’année 2017, cumulant ainsi 312 jours et le quart des salariés entre 261 à 311 jours (de 10 à 11 mois).

Cette précarité est plus importante auprès des femmes. Celles qui sont déclarées 12 mois sur 12 représentent 19% de l’ensemble des salariés, contre 25% pour les hommes. Une situation inquiétante vu que  le marché du travail se caractérise par un  taux de participation des femmes à l’emploi extrêmement faible. Celui-ci n’atteint que 22,4% à l’échelle nationale contre 71,6% pour les hommes en 2017. Dans les pays émergents, ce taux est de 45%. 

«On n’observe pas de véritable dynamique de renforcement de la contribution des femmes à la croissance économique. L’amélioration substantielle de la participation des femmes au marché du travail constitue ainsi un enjeu majeur pour le décollage économique du pays», note la Banque mondiale dans son dernier mémorandum sur le Maroc.

cnss_chiffres_036.jpg

Le nombre de salariés déclarés a atteint 3,38 millions en 2017, en hausse de 3,05% par rapport à 2016. La masse salariale déclarée atteint 137 milliards de DH

Les salariés déclarés à la CNSS sont également à des niveaux de rémunération «assez faibles». Plus du tiers des 3,38 millions d'inscrits sur les registres de la Caisse ont des salaires déclarés inférieurs au Smig et 14% dépassent le plafond fixé à 6.000 DH. Là aussi, les femmes sont moins bien loties: 46% d'entre elles perçoivent moins que le Smig contre 36% des hommes.

La photographie fournie par les statistiques de la CNSS sur les rémunérations 2017 rend compte que 50% des salariés émargent à 2.721 DH au plus par mois!

L’année dernière s'est caractérisée par un flux supplémentaire d’assurés de plus de 95.000. «C’est le résultat de l’entrée dans le régime de plus de 487.000 assurés et de la sortie de plus de 392.000 personnes», souligne la CNSS.

Comme cela a été relevé par la Conseil économique, social et environnemental, chaque année depuis 1997, la CNSS perd en moyenne 246.635 assurés. Un pic de 392.000 a été atteint l'année dernière.  Les deux tiers des sortants ont moins de 40 ans et 68% touchaient moins du Smig.

Ils étaient surtout concentrés dans les secteurs de «la construction des bâtiments» et la «culture et production animale, chasse et services annexes» (12%). Viennent ensuite  les «travaux de construction spécialisés» qui ont enregistré 10% de pertes, le «commerce de gros» avec 8%, les «activités liées à l’emploi» avec 5% et les «industries alimentaires» avec une part de 4%. Selon la CNSS, les services et l’agriculture sont les plus dynamiques en termes de recrutement.

39.402 nouvelles entreprises affiliées

L'année dernière, le portefeuille global des entreprises actives a  augmenté de 6% par rapport à 2016, s'établissant ainsi à  221.271 entreprises. Sur 39.402 nouvelles entreprises affiliées à la CNSS, plus de la moitié ont déclaré leurs salariés.
Le secteur du commerce concentre 26% de l’ensemble des affiliés, suivi par la construction (17%) et les services (16%).
Par ailleurs, la région du Grand Casa compte 40% des salariés déclarés en 2017. Elle est suivie par Rabat avec 11%, et les régions d’Agadir et Tanger-Tétouan avec, respectivement, 10% de l’ensemble des salariés.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc