International

La paix au Proche-Orient en débat à l’ONU

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5323 Le 26/07/2018 | Partager
L’UE pointe du doigt Israël
Washington accuse les pays arabes d’inaction

Le Conseil de sécurité de l’ONU a tenu, mardi 24 juillet 2018, une séance ouverte sur la question palestinienne. L’Organisation des Nations Unies a réitéré ses vives préoccupations concernant la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés, notamment dans la bande de Gaza. De son côté, l’Union européenne a demandé à Israël de s’abstenir de faire un usage excessif de la force contre des civils désarmés. «Israël doit revenir sur ses mesures punitives et travailler avec la communauté internationale pour améliorer les conditions à Gaza, notamment en permettant l’entrée et les déplacements des acteurs humanitaires», a souligné Joanne Adamson, chargée d’affaires de la délégation de l’UE aux Nations Unies. Afin de prévenir l’escalade des violences, l’Union exhorte toutes les parties à «respecter le droit international, désamorcer les tensions, faire preuve de retenue et éviter les incidents qui pourraient mettre en jeu la vie de Palestiniens et d’Israéliens», a-t-elle indiqué. 
De leur côté, les Etats-Unis ont vivement critiqué l’inaction politique et financière des pays arabes pour contribuer à résoudre le conflit israélo-palestinien et imposer la paix au Proche-Orient. «Le moment est venu pour les pays de la région de réellement aider le peuple palestinien au lieu de faire des discours à des milliers de kilomètres», a asséné l’ambassadrice américaine à l’ONU, Nikki Haley. L’an dernier, «la contribution à l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) de plusieurs pays a été de zéro», a-t-elle indiqué. Ceci sans évoquer la réduction cette année de la contribution financière américaine à cette agence, provoquant un déficit de plus de 200 millions de dollars dans son budget. L’UNRWA va d’ailleurs licencier plus de 250 employés à Gaza et en Cisjordanie, après les coupes drastiques de l’aide américaine. A ce sujet, l’ambassadeur français François Delattre a appelé les Etats-Unis à «assumer leurs responsabilités et maintenir leurs engagements».

La réponse des arabes

La charge américaine contre les pays arabes a été aussitôt dénoncée lors d’une conférence de presse par l’ambassadeur palestinien, Riyad Mansour, avant même la fin de la réunion du Conseil. «L’Arabie saoudite a versé ces deux dernières décennies 6 milliards de dollars aux Palestiniens en assistance humanitaire, aide au développement et secours», a rétorqué lors de son discours l’ambassadeur saoudien, Abdallah Al-Mouallimi. Pour l’UNRWA, c’était «un milliard de dollars».

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc