×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Brèves internationales

    Par L'Economiste | Edition N°:5319 Le 20/07/2018 | Partager
    •  Le rachat d’Alstom par Siemens validé en CA

    Les actionnaires d’Alstom viennent de donner, à 95% des voix, leur accord à la fusion Alstom-Siemens. L’opération de fusion devrait parvenir à son terme début 2019. Selon le contrat, Siemens doit apporter ses activités transport (Siemens Mobility) à la nouvelle entité pour en devenir l’actionnaire majoritaire avec 50,67% du capital. Dans quatre ans, sa part pourrait passer à 52%. Dans le deal, Siemens désignera six des onze représentants au conseil d’administration, contre quatre pour Alstom. Le siège du nouvel ensemble sera à Munich. La Commission européenne en charge de la concurrence, qui peut mettre son veto au rachat, doit se prononcer avant le 21 novembre prochain. 

    • La fusion Thales-Gemalto passé à la loupe

    La fusion du spécialiste de l'électronique de défense Thales avec Gemalto intéresse de près les enquêteurs de la Commission européenne. Cette dernière ouvrira le 23 juillet une enquête approfondie sur cette OPA amicale à 4,8 milliards d'euros. Mi-décembre, Thalès a lancé une offre amicale de 4,8 milliards d'euros pour prendre le contrôle de Gemalto, un fabricant de cartes à puces et expert de la sécurité numérique.

    • Paris brosse le bilan de la lutte contre la fraude fiscale

    Le rendement de la lutte contre la fraude a reculé en 2017 pour la deuxième année consécutive en France. Et ce, en raison notamment d’une baisse de régime des guichets de régularisation des évadés fiscaux. Près de 17,9 milliards d’euros de droits et pénalités ont été notifiés l’an dernier par l’administration fiscale aux contribuables et aux entreprises, selon le rapport annuel de la direction générale des finances publiques. Ce chiffre est en repli de 8% par rapport à celui de 2016 (19,5 milliards) et de 16% par rapport à celui de 2015, année marquée par un niveau de redressements fiscaux record (21,2 milliards). D’après Bercy, la baisse concerne également les créances fiscales recouvrées, soit les sommes encaissées par l’administration après d’éventuelles procédures de contestation. En 2017, ces recouvrements ont atteint 9,4 milliards d’euros, contre 11,1 milliards en 2016 et 12,2 milliards en 2015. Il s’agit d’une perte nette de 2,8 milliards d’euros en deux ans pour le budget de l’Etat. 
     

    • Lutte contre le sida: Baisse des financements 

    La lutte contre le sida est en plein paradoxe. La proportion de séropositifs qui ont accès aux traitements n’a jamais été aussi élevée mais un relâchement dans la prévention et la baisse des financements font craindre un rebond de l’épidémie. Près de trois séropositifs sur cinq dans le monde (21,7 millions sur 36,9 millions au total) prennent des traitements antirétroviraux, soit la plus haute proportion jamais atteinte, selon un nouveau rapport de l’Onusida. L’an dernier, 940.000 personnes dans le monde sont mortes de maladies liées au sida, selon ces chiffres publiés avant la conférence internationale sur le sida d’Amsterdam (23-27 juillet). A titre de comparaison, au pic de l’épidémie en 2005, 1,9 million de décès dans le monde étaient liés au sida, selon l’instance de l’ONU chargée de la lutte contre cette maladie. A l’époque, seuls 2 millions de porteurs du virus VIH sur 30 millions au total avaient accès aux traitements antirétroviraux, qui préviennent le développement du sida.

    • Brexit: Les tractations se poursuivent

    Le gouvernement britannique s’est dit prêt à intensifier les négociations du Brexit avec les Européens. Ces derniers craignent que les turbulences politiques incessantes au Royaume-Uni augmentent le risque d’une «rupture brutale» de ce pays avec l’UE. Londres et Bruxelles sont censés parvenir à un accord d’ici octobre pour organiser leur divorce et jeter les bases de leur relation future. Mais les Européens s’inquiètent de l’enlisement des discussions et des remises en cause constantes en interne de la stratégie de la Première ministre Theresa May.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc