×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Antitrust Android: Nouveau coup dur pour Google

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5319 Le 20/07/2018 | Partager
    Bruxelles inflige une amende record de 4,34 milliards d’euros
    La firme va faire appel
    google-amende-europe.jpg

    Google traverse des moments difficiles sur le marché européen. Le 27 juin 2017, le géant de la Silicon Valley avait déjà été condamné par la Commission européenne à payer une amende de 2,42 milliards d’euros. Il lui était reproché d’avoir abusé de sa position dominante en favorisant Google Shopping, son comparateur de prix, au détriment de services concurrents (Ph. G.B.)

    La peine est lourde! La Commission européenne vient d’infliger à Google une amende record de 4,34 milliards d’euros, cette fois dans le dossier de son système d’exploitation Android pour Smartphone.
    La Commission européenne reproche au géant de la Silicon Valley un abus de position dominante sur le marché de la recherche générale sur l’internet. La filiale du groupe Alphabet a fait en sorte que son application de recherche (Search) et son navigateur mobile (Chrome) soit préinstallés sur pratiquement tous les appareils Android vendus dans l’Union européenne. Google a dissuadé les fabricants de préinstaller des applications de recherche et de navigation concurrentes influençant indirectement le choix des utilisateurs. «Ces pratiques ont privé ses concurrents de la possibilité d’innover et de lui livrer concurrence par leurs mérites. Elles ont privé les consommateurs européens des avantages d’une concurrence effective sur ce marché», a dénoncé Margrethe Vestager, commissaire européenne chargée de la Politique de concurrence. 

    Il a été également démontré que Google a accordé des incitations financières importantes à certains des plus gros fabricants d’appareils ainsi qu’à des opérateurs de réseaux mobiles, à la condition qu’ils préinstallent exclusivement Google Search sur toute leur gamme d’appareils Android. Il est enfin reproché à la firme américaine d’avoir empêché des fabricants d’appareils d’utiliser une autre version d’Android non approuvée par elle (forks Android). Les fabricants devaient s’engager à ne développer ou vendre aucun appareil fonctionnant sous fork Android. «Du fait de cette pratique, c’est Google – et non les utilisateurs, les développeurs d’applications et le marché – qui déterminait les systèmes d’exploitation susceptibles d’être couronnés de succès», dénonce la Commission.

    Le montant de l’amende a été calculé sur la base de la valeur des recettes que la multinationale réalise grâce aux services de publicité contextuelle sur les appareils Android dans l’espace européen. Les recettes publicitaires ont rapporté plus de 26,6 milliards de dollars de chiffre d’affaires au groupe Alphabet, sur le premier trimestre. Injonction a été faite au groupe de mettre fin à cette pratique dans les 90 jours, sous peine de se voir infliger des astreintes allant jusqu’à 5% du chiffre d’affaires journalier moyen mondial d’Alphabet, sa société mère. Par ailleurs, le géant américain n’est pas à l’abri d’actions civiles en dommages et intérêts pouvant être portées devant les juridictions des Etats membres. Ces actions peuvent être introduites par toute personne ou entreprise affectée.
    Dans un communiqué publié quelques heures après la décision, le géant d’internet a annoncé qu’il fera appel de l’amende infligé par la Commission européenne.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc