Justice

Procès des événements d’Al Hoceïma : Le Parlement face à une pétition d’amnistie

Par Faiçal FAQUIHI | Edition N°:5305 Le 02/07/2018 | Partager
Premières salves d’une opinion publique indignée
Une défense qui sort enfin de sa réserve

Une pétition vient d’être lancée sur le site avazz.org dédié «à l’intention du peuple marocain», selon son initiateur Youssef C. Le but est «d’exiger du Parlement une loi d’amnistie générale pour les citoyens  condamnés» dans le procès des événements d’Al Hoceïma. A l’heure où nous mettions sous presse, 6.373 pétitionnaires ont signé cette demande pour un objectif de 5.000.

La démarche s’appuie sur la loi sur le droit de pétition et l’article 71 de la Constitution qui consacre l’amnistie du domaine de la loi, donc du Parlement. Ils sont plus d’une cinquantaine d’accusés à avoir été condamnés mardi 26 juin par la Chambre criminelle de Casablanca à des peines de prison ferme allant de 1 à 20 ans (cf. L’Economiste 5303 du jeudi 28 juin 2018). Les réactions ne sont pas fait attendre.

Le Forum Al Karama pour les droits de l’homme a fait une sortie énergique le 28 juin à Rabat. Il manifeste «une grande indignation» à l’égard des sentences émises par la justice. L’association de défense des droits humains considère ces sentences comme «un couronnement d’un long parcours (judiciaire) jonché de violation et d’abus». L’un de ses dirigeants, le parlementaire du PJD Abdelali Hamieddine, assistait de temps à autre aux audiences. Le Forum Al Karama indique avoir suivi ce dossier de bout en bout et «avoir alerté sur les dépassements» de l’enquête.

«La justice a prouvé qu’elle était incapable d’y faire face par la force de la loi», poursuit l’association. Elle cite pêle-mêle «des investigations qui n’ont jamais été rendues publiques». Les ministères de l’Intérieur et de la Justice et des Libertés (du temps de Mustapha Ramid et ex-président du Forum Al Karama) «ont pourtant réclamé une enquête sur les manquements qui plombent la pêche maritime d’Al Hoceïma». C’est le décès prématuré d’un poissonnier, Mouhssine Fikri, qui a mis le feu aux poudres dans la région du Rif.

Le Forum Al Karama fustige aussi «la fuite de photos portant atteinte à la dignité des accusés». Sont également relevés, les témoignages sur «les mauvais traitements physiques et psychologiques» subis lors des arrestations et des interrogatoires. A la barre, la majorité des mis en cause ont souvent relaté leur calvaire avec les larmes aux yeux. Y compris Nasser Zefzafi.

Suite aux condamnations des 53 accusés, le  bâtonnier Abderrahim El Jamai est sorti de sa réserve. Lui qui s’est «conformé à la stratégie de la défense» en n’émettant «aucune  déclaration aux médias» tout au long du procès des événements d’Al Hoceïma. Et ce dans le but de «ne pas influencer le cours de la justice». Finalement, le bâtonnier revient dans une longue tribune diffusé le lendemain du jugement sur «ce grand et violent choc historique».

  Parmi les points qu’il soulève une enquête judiciaire «qui s’est déroulée sous la contrainte, la violence, la torture et l’atteinte à la dignité des personnes». La défense a vu «toutes ses  demandes d’expertise rejetées. Qu’elles soient médicale, technique, graphologique…».

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc