Culture

Marrakech du Rire: Un vrai et grand festival de copains!

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5300 Le 25/06/2018 | Partager
Adams, Sylla, Roumanoff, Bentalha, Semoun… le défilé de Jamel
Aux côtés des «éléphants», les nouveaux artistes à suivre
Un gala sur les écrans le 5 juillet prochain
marrakech-du-rire-00.jpg

L’événement est incontestablement le lieu de rendez-vous d’un humour commun, partagé entre les deux rives de la Méditerranée. Une pléiade d’artistes a fait le show comme le très attendu et applaudi, Kev Adams (Source: MDR)

Les cigognes du palais Badii ont continué leur vie sans sourciller. Même avec les lumières, la musique de DJ Abdel et la ferveur d’un public qui avait décidé d’en profiter. Le Marrakech du Rire remballe sa 8e édition après un gala survitaminé. Jamel Debbouze a une nouvelle fois endossé son costume (à paillettes) de maître de cérémonie.

Echange de bons mots et voilà, sur la scène du Badii, Anne Roumanoff, Ahmed Sylla que ce festival a fait connaître, un Kev Adams à qui la maturité donne des ailes, Malik Bentalha de retour, Elie Semoun ou encore Jeff Panacloc, jamais sans son Jean-Marc. L’esprit Gad Elmaleh était là aussi, mais en vidéo, et plusieurs petits nouveaux ont fait la fierté de Debbouze.

Camille Lellouche qui manie aussi bien le rire que la chanson, la grinçante Elodie Poux, l’humoriste franco-algérien Farid Chamekh ou encore Roman Frayssinet, jeune prodige du stand-up. Le Marrakech du Rire est un festival de copains et c’est sûrement ce qui fait son succès. Le public n’est pas oublié.

L’interaction entre la scène et la salle ouverte du palais est perpétuelle. Bien sûr, il faut coller aux exigences de ce qui sera, le 5 juillet prochain, un show télévisuel, mais le plaisir est là et l’ambiance s’en ressent.

L’événement est incontestablement le lieu de rendez-vous d’un humour commun, partagé par les deux rives de la Méditerranée. Des Français ou des Belges venus très nombreux en vacances à Marrakech, des Casablancais friands de prendre la route le week-end pour la ville ocre, des artistes qui ont un pied en Afrique, l’autre en Europe.

Une nouvelle preuve, s’il en fallait, que le rire fédère. Le festival semble avoir atteint sa vitesse de croisière, son ambition première. La scène arabophone a ouvert le bal dévoilant des talents du cru comme le duo “Inqualifiables” Amine Belghazi et Oubeid Allah Hlal, l’humoriste et youtubeur Oussama Ramzi ou Haroun Kheldoun qui ne cesse de gagner en popularité.

La scène africaine maintenant avec Mamane en maître de cérémonie et Michel Gohou entourés d’artistes pour un Gala Afrika 100% masculin. Des solos également, D’Jal, Abdelkader Secteur et Eric Antoine au théâtre royal, la Franco-Ivoirienne Amoutati et Akim Omiri sur la scène en plein air de l’Institut français.

Si, faute de moyens, la parade et le charity football game n’étaient pas au programme cette année, ce 8e opus s’est fait pardonner avec du théâtre dans «La grande évasion» de Paul Séré, Booder et Wahid. Avec le cinéma aussi puisque Le Colisée a projeté «La finale» avec Thierry Lhermitte et Rayane Bensetti, et a décroché l’avant-première du film d’animation «Les Indestructibles 2» pour lequel Gérard Lanvin, présent au festival, a prêté sa voix.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc