×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Frustration des entreprises européennes en Chine

    Par L'Economiste | Edition N°:5299 Le 22/06/2018 | Partager
    46% des sondés estiment avoir manqué des débouchés à cause d’obstacles réglementaires
    Des acteurs locaux de plus en plus performants et moins sujets aux réglementations
    chine_chiffres_099.jpg

    Obstacles réglementaires, restrictions d’accès au marché et traitement inégal. Voici les 3 causes principales du mal-être des entreprises étrangères en Chine. En effet, dans une étude sur le climat des affaires, la Chambre de Commerce de l’UE en Chine rapporte que 46% des sondés estiment avoir raté des débouchés commerciaux à cause d’obstacles réglementaires et des restrictions d’accès au marché.

    Un résultat qui s’explique par la doctrine «d’économie socialiste de marché», qui conjugue paradoxalement modernisation et développement commercial avec un environnement lourdement règlementé. Surtout que les entreprises européennes se voient déborder par la concurrence locale. Ainsi, pour la première fois, 61% rapportent que les entreprises chinoises sont tout aussi innovantes, sinon plus, que leurs homologues européennes.

    A l’origine: des dépenses en recherche et développement accrues, et une réponse rapide aux besoins de la classe moyenne locale. Mais plus encore, les firmes chinoises jouissent de beaucoup moins de régulations, leur permettant de se développer.

    Une situation que déplore le président de la Chambre européenne de Commerce en Chine, Mats Harborn: «Maintenant que les entreprises chinoises sont clairement devenues plus fortes et plus compétitives, il est temps pour la Chine de retirer les petites roues de façon à créer une économie viable sur le long terme».

    «Nous avons observé quelques améliorations cette année […], mais nous sommes encore loin d’un environnement qui favorise une concurrence loyale. Cela ne peut être atteint qu’en construisant des institutions efficaces, en créant un cadre de régulation moderne et en laissant pleinement se mettre en œuvre l’Etat de droit» soutient Harborn.

    Les entrepreneurs se révèlent plutôt pessimistes. 46% estiment en effet que le nombre d’obstacles et de régulations va augmenter davantage dans les 5 prochaines années. Pour autant, ils sont 57% à être prêts à augmenter leurs investissements en Chine.

    De ce fait, les Chinois ont tout intérêt à s’accorder avec les Européens, surtout devant l’offensive tarifaire des Etats-Unis. En plus des 50 milliards de dollars de droits de douane sur les exportations chinoises, Donald Trump menace d’en rajouter 200 milliards, dans une guerre commerciale sans merci.

    R.G.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc