International

Réforme de la zone euro: Ce que recommande l’OCDE

Par L'Economiste | Edition N°:5297 Le 20/06/2018 | Partager
economie_ue_097.jpg

L’économie de l’UE connaît enfin une croissance robuste. Elle devrait rester forte en 2018 et 2019. La reprise économique chez les principaux partenaires du Maroc aura un impact positif sur l’économie marocaine. Même s’il a diminué le taux de chômage reste considérable

La nécessité de réformer le budget de l’UE, de mettre en œuvre des politiques plus efficaces pour réduire les fractures régionales et de poursuivre les efforts visant à approfondir le marché unique…  Telles sont les quelques recommandations de l’OCDE qui vient de publier deux études économiques de l’Union européenne et de la zone euro.

Ses auteurs prévoient que la croissance devrait dépasser les 2% pour la période 2018-2019. L’économie européenne connaît une croissance solide (dont l’impact sur le Maroc ne peut être que positif), à la faveur d’une politique monétaire accommodante, d’une politique budgétaire modérément expansionniste et de l’accélération mondiale de l’activité.

L’OCDE montre également comment le parachèvement de l’union bancaire, la création d’un mécanisme de soutien budgétaire commun et la simplification des règles budgétaires sont autant de mesures qui permettraient de rendre la zone euro plus résiliente face aux chocs économiques.

Dans le contexte actuel d’expansion économique, les gouvernements devraient s’efforcer de réduire leurs ratios dette/PIB. Des règles budgétaires simplifiées et une attention plus grande accordée à l’augmentation des dépenses devraient contribuer à la réalisation de cet objectif sans compromettre la reprise.

Pour conforter les progrès économiques futurs, il est indispensable de garantir la stabilité de l’union monétaire et d’accroître la résilience de la monnaie commune aux récessions. Un partage plus large des risques sera nécessaire. Comme il est préconisé de mettre en place un régime de réassurance chômage permettant de faire face aux chocs économiques.

Il importe également d’engager des réformes pour développer l’union des marchés de capitaux et, parallèlement, réduire rapidement le volume des prêts non performants. Et ce, afin de permettre à l’Union économique et monétaire de mieux fonctionner.

Manal Anouar

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc