×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 195.938 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 234.695 articles (chiffres relevés le 4/6 sur google analytics)
International

L’administration Trump poursuit son offensive

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5297 Le 20/06/2018 | Partager
Une guerre commerciale se profile avec les grands partenaires
La riposte se réorganise

Donald Trump continue son offensive pour changer les règles du commerce mondial. Chine, Union européenne, Mexique et Canada, Japon... Voici un panorama des fronts commerciaux ouverts par la Maison-Blanche.

■ Chine: Donald Trump (qui dit vouloir dominer la Lune, Mars et l’espace) a demandé à son administration d’identifier 200 milliards de dollars de biens chinois en vue d’instaurer des droits de douane supplémentaires de 10%. Il s’agit d’une réponse du président américain aux mesures de rétorsion «inacceptables» prises par Pékin après une précédente salve de taxes américaines (cf. notre édition N° 5296 du mardi 19 juin 2018). L’administration Trump souhaite par ailleurs restreindre les investissements chinois aux Etats-Unis.

■ Union européenne: Jeans, bourbon, Harley Davidson… L’Union européenne a adopté récemment des mesures de rétorsion contre des dizaines de produits américains pour répliquer aux taxes instaurées par Washington sur l’acier et l’aluminium. Cette mesure vise à compenser à hauteur de 2,8 milliards d’euros les dommages générés par les taxes américaines. D’autres produits américains pourraient à l’avenir être également taxés par l’UE, à hauteur de 3,6 milliards d’euros, si celle-ci remporte un litige qui l’oppose aux Etats-Unis devant l’OMC. Les Européens redoutent désormais que Washington ne mette à exécution sa menace de taxer les voitures importées. Une perspective qui fait frémir la puissante industrie automobile allemande notamment.

■ Canada et Mexique: Le président américain a averti que les critiques récurrentes du Premier ministre canadien Justin Trudeau allaient coûter «cher» au Canada. Comme l’UE, Ottawa a confirmé des représailles pour juillet. Par ailleurs, les négociations entre Washington, Mexico et Ottawa pour moderniser l’Accord de libre-échange nord-américain (Alena), en vigueur depuis 1994, patinent. Au cœur des discussions: l’automobile. L’administration Trump souhaite que les voitures fabriquées au Mexique ou au Canada soient largement composées de pièces usinées aux Etats-Unis. Elle réclame également une clause dite «crépusculaire» (sunset clause) qui forcerait les parties à renégocier l’Alena tous les cinq ans. Une proposition rejetée par ses partenaires.

■ Russie: Touchée aussi par la hausse des taxes sur l’acier, le pays a informé l’OMC qu’il était prêt à des mesures de représailles contre les Etats-Unis. Moscou estime le préjudice de ces taxes à 538 millions de dollars. Les relations commerciales entre les deux pays sont marquées aussi par les sanctions imposées par Washington contre plusieurs personnalités et entités.
n Iran: Washington a annoncé début mai son retrait de l’accord nucléaire iranien signé sous Barack Obama. L’administration Trump a décidé de rétablir ses sanctions à l’égard de Téhéran ainsi que de toutes les entreprises ayant des liens avec la République islamique.

■ Japon: Touché depuis mars par les taxes sur l’acier, Tokyo a informé l’OMC de sa volonté d’instaurer, en représailles, des taxes sur des marchandises américaines à hauteur d’environ 385 millions d’euros. Pour le pays, le principal sujet d’inquiétude concerne toutefois la menace de taxes sur les importations automobiles.

Traité de libre-échange avec Séoul

LA Maison-Blanche a annoncé le 1er mai avoir finalisé son traité de libre-échange avec Séoul. En vertu de cet accord, la Corée du Sud accepte d’ouvrir davantage son marché automobile aux constructeurs américains. Elle a par ailleurs accepté de réduire de 30% ses exportations d’acier vers les Etats-Unis.

F. Z. T. avec agences

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc