×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Mezouar sonde les Conseillers

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5295 Le 18/06/2018 | Partager
    La 2e Chambre «ouverte» aux propositions de la CGEM pour la refonte du modèle de développement
    Il veut insuffler une nouvelle dynamique au groupe du patronat à la Chambre des Conseillers
    mezouar-conseiller-095.jpg

    Lors de sa rencontre avec Hakim Benchamach, le président de la CGEM, Salaheddine Mezouar, a insisté sur l’importance d’aboutir à une «vision unifiée des affaires économiques et sociales», partagée par les secteurs privé et public. Le premier ayant pour rôle de créer la richesse et les postes d’emploi, en plus de la réalisation d’investissements en harmonie avec le secteur public, a-t-il dit (Ph. L’Economiste)

    Quelques semaines seulement après son élection à la tête de la CGEM, Salaheddine Mezouar a pris son bâton de pèlerin, pour faire le tour de certaines instances constitutionnelles. Mercredi dernier, il a été reçu par le président de la Chambre des Conseillers.

    L’ex-ministre des Finances revient à l’hémicycle avec sa nouvelle casquette de patron des patrons. Au sein de la 2e Chambre, le groupe de la CGEM fait preuve de beaucoup de dynamisme. Lors de leur premier mandat au Parlement, les représentants de la Confédération patronale se sont montrés très remuants. Leur touche était visible dans les amendements introduits au projet de loi de Finances.

    Ils ont également réussi à barrer la route au projet de loi relatif à la formation continue. Aujourd’hui, Mezouar veut insuffler une nouvelle dynamique à l’action parlementaire de la CGEM. Au sein de la 2e Chambre, le groupe du patronat constitue l’une des principales forces de l’opposition. Composé «d’acteurs économiques actifs, dotés d’importantes potentialités, il a enrichi la composition de la Chambre», selon Hakim Benchamach.

    Le président de la Chambre des Conseillers a mis en avant son «ouverture sur toutes les propositions et initiatives pour l’élaboration d’un nouveau modèle de développement, innovant et solidaire, en partenariat avec la CGEM». Mezouar et Benchamach s’accordent sur «l’importance de l’action commune des acteurs institutionnels, économiques et sociaux, pour répondre aux attentes des citoyens et dépasser les difficultés qui entravent l’action des entreprises».

    Le patron des patrons a insisté sur l’importance d’aboutir à une «vision unifiée des affaires économiques et sociales», partagée par les secteurs privé et public. La rencontre de Mezouar et Benchamach est intervenue quelques jours seulement avant la tenue de la prochaine séance mensuelle des questions de politique publique. Saâdeddine El Othmani sera interpellé, mardi prochain, sur l’impact des accords de libre échange sur la balance commerciale et la compétitivité des entreprises.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc