International

Les regards du monde sont tournés vers Singapour

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5292 Le 12/06/2018 | Partager
Donald Trump et Kim Jong-un s’y rencontrent
La question de la dénucléarisation au centre des débats
kim_ety_trump_092.jpg

Le président américain Donald Trump et le dirigeant de la Corée du Nord Kim Jong-un (Ph. AFP)

Le sommet qualifié d’historique entre Donald Trump et Kim Jong-un à Singapour est prévu ce mardi 12 juin. Le président des Etats-Unis, qui a accepté à la surprise générale de rencontrer l'héritier de la dynastie des Kim, réussira-t-il à pousser Pyongyang à renoncer à l'arme nucléaire? Tel est l’enjeu du sommet. 

«Je pense que cela va très bien se passer», a-t-il déclaré à l'occasion d'un déjeuner de travail avec le Premier ministre singapourien Lee Hsien Loong. Le locataire de la Maison-Blanche s'est entretenu par téléphone avec le président sud-coréen Moon Jae-in et le Premier ministre japonais Shinzo Abe.

Le tête-à-tête entre les deux hommes est prévu mardi 12 juin dans la matinée dans un hôtel de luxe de la cité-Etat asiatique. Il sera suivi d'une réunion avec leurs équipes respectives, puis d'un déjeuner de travail. La rencontre était absolument inimaginable il y a quelques mois lorsqu'ils étaient engagés dans une surenchère verbale faisant craindre le pire.

A la veille du sommet, l'équipe Trump s'est employée à donner une image encourageante des négociations sur lesquelles la partie nord-coréenne est restée absolument muette. «Les discussions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord se poursuivent et ont progressé plus rapidement qu'escompté», a déclaré lundi soir la Maison-Blanche.

Du coup, Donald Trump, qui prévoyait de repartir mercredi et n'excluait pas de jouer les prolongations, va finalement s'envoler dès mardi soir pour Washington, après avoir tenu une conférence de presse.

Personnage central de ce dialogue, le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, qui a rencontré Kim Jong-un à deux reprises, s'est dit «très optimiste quant aux chances de réussite». Il a souligné que les Etats-Unis étaient prêts, en échange de sa dénucléarisation «complète, vérifiable et irréversible», à apporter à la Corée du Nord des «garanties de sécurité uniques, différentes» de celles proposées jusqu'ici.

Le sommet, qui offre une visibilité internationale au leader d'un régime cloîtré et dont les déplacements à l'étranger se comptent sur les doigts d'une main, est déjà vu comme une concession de taille de la part des Etats-Unis. En jeu, les ambitions atomiques de Pyongyang, sous le coup de sanctions internationales imposées au fil des années et des crises par le Conseil de sécurité de l'ONU.

Dans un compte-rendu du déplacement de l'homme fort de Pyongyang, l'agence nord-coréenne KCNA a évoqué l'avènement d'une «ère nouvelle». Tout en confirmant que la «dénucléarisation mais aussi un mécanisme de maintien de la paix permanent et durable dans la péninsule coréenne» seraient au menu du sommet.

F. Z. T. avec agences

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc