×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Assurance: Les nouveaux champs de bataille

Par Franck FAGNON | Edition N°:5245 Le 05/04/2018 | Partager
Les assureurs s'allient avec les start-up pour accélérer leur transformation
Principal enjeu: remettre le client au cœur de la relation
Plus de 1.000 participants issus de 36 pays au 5e Rendez-vous de Casablanca de l'assurance
assurances-045.jpg

Les discussions autour de la disruption en assurance se poursuivent aujourd'hui. La thématique centrale de cette 5e édition du Rendez-vous de Casablanca de l'assurance réunit des dirigeants marocains et étrangers du secteur, le top management des banques, les régulateurs, la présidente de la CGEM, des ministres, des directeurs généraux (Ph. Fadwa El Nasser)

Tout comme Airbnb bouscule les codes dans l'hôtellerie, de nouveaux acteurs bouleversent les habitudes dans l'assurance. La technicité du métier ne semble plus réellement un obstacle pour les insurtech, comme on les appelle. Aujourd'hui, en tout cas, ces pépites apportent une agilité et une nouvelle façon de consommer l'assurance qui tranchent avec les usages. Au-delà des insurtech, les géants du numérique s'engouffrent également dans la brèche.

«La nouvelle planète digitale est impitoyable. Si nous négligeons ce temps relationnel avec nos clients, d'autres s'en occuperont à notre place», prévient Mohamed Hassan Bensalah, président de la Fédération marocaine des sociétés d'assurance et de réassurance (FMSAR) à l'ouverture de la 5e édition du Rendez-vous de Casablanca de l'Assurance. L'événement a réuni de grands patrons du secteur au Maroc et à l'étranger, le top management des banques, les régulateurs, la patronne des patrons, des directeurs généraux, des ministres...

Pour accélérer leur transformation, les assureurs multiplient les partenariats avec les insurtech, elles, même ayant besoin de financement pour développer leurs projets. Les compagnies ont significativement augmenté leurs investissements technologiques pour s'adapter aux mutations qui touchent le secteur.«Il faut que les investissements soient conséquents pour être crédibles, même en interne», prévient Stanislas Chevalet, directeur général adjoint BNP Paribas Cardif. Par ailleurs, «Il faut tester les choses avec les start-up. Il ne faut pas avoir peur de rater certaines expériences», conseille Sébastien Loubry, de Axa Strategic Ventures.

L'investissement dans les start-up permet une veille technologique forte pour les assureurs, mais la transformation nécessitera aussi une adhésion des équipes. Il y a globalement une culture du changement à opérer. En plus de leur agilité, les insurtech ramènent surtout le client au centre de la relation. Ce qui faisait défaut chez les acteurs traditionnels.

                                                            

Verbatim

mohamed_hassan_bensalah_045.jpg

■ Mohamed Hassan Bensalah, président de la Fédération marocaine des sociétés d'assurance et de réassurance: «Les objets connectés nous imposent de revoir nos couvertures et nos modèles de tarification. En outre, l'assurance santé et l'assistance aux personnes ne seront plus guidées par les mêmes logiques».

 

mohamed_benchaaboun_045.jpg

■ Mohamed Benchaaboun, président Groupe Banque centrale Populaire: «Les insurtech qui réinventent les services assurantiels sont en train de bouleverser le secteur qui semble jusqu'à présent confiné dans de vieilles habitudes. L'avènement de ces start-up apporte son lot de changement dans les services de l'assurance au profit du consommateur. Elles ne se contentent pas seulement de proposer des souscriptions en ligne mais, se positionnent aussi sur des services de plus en plus complexes».

hassan_boubrik_045.jpg

■ Hassan Boubrik, président de l'Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale: «La révolution digitale et l'apparition de nouveaux acteurs posent des défis considérables pour les régulateurs. Cela soulève aussi de nombreuses interrogations. Le cyber-risque, par exemple représente l'une des menaces les plus importantes pour le secteur financier» .

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc