×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Regards croisés: Témoignages et expérience de vie

    Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5229 Le 14/03/2018 | Partager
    Un récit autobiographique pour témoigner d’une époque
    Une première qui interpelle les politiciens à écrire leurs autobiographies
    driss_houat_029.jpg

    Banquier de profession, industriel de vocation, Houat s’est engagé politiquement pour défendre les idéaux du monde libre

    Rares sont les politiciens ou industriels de l’Oriental qui ont relaté leur expérience de vie dans un livre. Un manque que regrettent plusieurs observateurs qui constatent avec amertume que la mémoire collective est exposée à l’usure du temps. Pour combler ce vide, Driss Houat, l’un des industriels et politiciens les plus connus de l’Oriental vient de publier un récit autobiographique: «Parcours croisés: Témoignage et expérience de vie».

    Une première qui a suscité un vif intérêt auprès des passionnés de la lecture et interpelle d’autres politiciens et hommes d’affaires de la région pour faire de même. «C’est bénéfique pour les jeunes et l’Histoire de la région», note Abdellah Hamlaoui, universitaire. Il suffit de rappeler que plusieurs personnalités éminentes du royaume sont originaires de la région, Mbarek El-Bekkay, premier chef du gouvernement marocain après l’indépendance; Ahmed Osman, un autre premier ministre sous le règne de feu Hassan II, Meziane Belfkih et Zoulikha Nacri conseillers du souverain, Omar Benjelloun, figure de proue de la politique et syndicalisme, Mustapha Mansouri, président de la Chambre des représentants, etc.

    Des parcours qui peuvent servir d’exemples aux jeunes comme aux élites. «Est-ce une bonne décision d’éparpiller sur des pages blanches l’expérience de toute une vie, et de dévoiler ses points de recul?», précise Houat dans sa préface.

    Ecrire et raconter un moment de vie est d’une importance capitale pour la sauvegarde de la mémoire collective mais risque, en parallèle, de faire gonfler les ego. Ecrire n’est pas une décision qui se prend à la légère pour des raisons d’actualité ou des commodités partisanes. Problématiques que l’auteur a détaillé dans les seize chapitres de son livre.

    Et puis écrire pour qui, pourquoi et comment? Comment faire des événements passés, des repères d’avenir? N’y a-t-il pas risque d’offenser certains, d’épargner d’autres ou d’omettre des évènements qui ne font pas partie de notre expérience personnelle mais importants pour d’autres raisons? A découvrir...

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc