Entreprises

Africa IT Expo: Un salon pour promouvoir la transformation digitale

Par Nadia DREF | Edition N°:5076 Le 31/07/2017 | Partager
150 exposants y prendront part
Le Cameroun et le Nigéria à l’honneur
africa-expo-076.jpg

En 2016, la 1re édition de l’Aitex a accueilli quelque 150 exposants nationaux et internationaux, 200 donneurs d'ordre en provenance  de 12 pays d'Afrique, du Moyen-Orient et d’Europe (Ph. Jarfi)

Le digital crée sa révolution. La transformation digitale, grâce à une batterie d’innovations à intégrer, favorise la compétitivité des entreprises surtout les PME et TPE qui représentent 90% du tissu économique. «Un appui de l’écosystème digital s’impose, et il n’existe ni de grandes possibilités de financement ni de mécanismes de soutien favorables à l’émergence des start-up.

Au final, le Maroc est en retard par rapport à des pays tels que l’Egypte, la Tunisie ou les Emirats arabes unis…», apprend-on auprès de la Fédération des technologies de l’information, des télécommunications et de l’offshoring (APEBI). Pour accompagner cette mutation, cette dernière organise le salon Africa It Expo (Aitex) du 27 au 29 septembre prochain à l’Office des foires et expositions de Casablanca.

C’est le Cameroun et le Nigéria qui sont mis à l’honneur lors de cette édition dont le thème est «L’innovation numérique au service des organisations». 150 exposants nationaux et internationaux prendront part à cette grand-messe. Durant trois jours, cet espace d’exposition présentera les dernières innovations des acteurs IT et télécoms permettant d’amorcer le virage numérique pour booster le business.

Il servira également de lieu de rencontres entre start-up, professionnels et investisseurs. Des rencontres B to B seront organisées en partenariat avec l’AUSIM et Maroc Export. Cette plateforme vise aussi à créer une dynamique d’échanges à travers des workshops et des hackathons.

«L’Aitex a pour objectif de promouvoir et de donner une viabilité au secteur des technologies de l’information», souligne Saloua Karkri Belkziz, présidente de l’Apebi. Ce salon initiera, donc, la réflexion pour trouver des solutions pertinentes et innovantes à l’échelle continentale pour réduire la fracture numérique ou «digital divide».

Africa It Expo réservera un espace pour la promotion et la vulgarisation des travaux de l’Agence du développement numérique. «Le salon offrira une belle tribune au plan Maroc Digital 2020 pour une approche participative, un cadre privilégié d’information, d’expression, de débats et d’échanges sur les nouveautés dudit plan», souligne Karkri Belkziz.

Miser sur l’offshoring

Outre les rapports Sud-Sud, l’Aitex privilégiera les échanges multilatéraux internationaux, notamment au niveau de l'activité offshoring. Une activité connue par la volatilité des investissements. Pour y remédier, le Maroc a mis en place un écosystème dédié à ce secteur. «Nous avons non seulement sauvegardé les incitations dont nous disposions, mais nous en avons de nouvelles», explique la présidente de l’Apebi. Elle met en avant un accord qui comprend, entre autres, un dispositif d'aide à la formation. Les entreprises du secteur vont disposer d'une première enveloppe pour la formation initiale dès le recrutement d’un employé et d'une seconde aide pour la formation continue pendant les 2e et 3e années. «C'est un fonds supplémentaire géré par l'Anapec de 474 millions de DH pour offrir des ressources qualifiées et compétitives». Le Maroc se positionne comme 3e destination africaine pour l’outsourcing, selon le Global services location index. «Pour améliorer cette position, il faut prendre exemple sur nos grandes entreprises qui ont amorcé le virage digital, en lançant des projets de transformation globaux mettant en vedette le digital», conclut la présidente de l’Apebi.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc