×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

La Corée du Nord perturbe les « nouvelles routes de la soie»

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5023 Le 15/05/2017 | Partager
Nouveau tir de missile à quelques heures du démarrage du sommet
Pékin promet 124 milliards de dollars pour ce nouveau projet
coree_du_nord_023.jpg

La Corée du Nord a procédé à un deuxième tir en 15 jours, et le premier depuis la prestation de serment, mercredi à Séoul, du nouveau président sud-coréen Moon Jae-In, qui défend un dialogue avec le Nord. Après cette nouvelle provocation, le président américain Donald Trump a lancé un appel à toutes les Nations pour durcir les sanctions à l’encontre de Pyongyang (Ph. AFP)

La Corée du Nord a «bien choisi» le timing pour procéder au tir d’une nouvelle génération de missile balistique afin de démontrer qu’elle ne céderait à aucune injonction des grandes capitales de la région. Ce nouveau tir est intervenu à  quelques heures de l’ouverture, dans la capitale chinoise, d’un premier sommet international sur les «nouvelles routes de la soie» au cours duquel les autorités chinoises comptent mettre en scène leur statut de puissance régionale.

Après avoir enregistré plusieurs échecs, ces derniers mois, les militaires nord-coréens semblent avoir parfaitement maîtrisé, cette fois, le tir et le vol d’un appareil susceptible d’atteindre une cible à plus de 4.000 km. Des performances, qui inquiètent les experts.

Le message politique de cette opération du dirigeant nord-coréen est adressé au nouveau président sud-coréen, mais aussi au président chinois Xi Jinping, qui avait récemment durci le ton face aux «provocations» de son allié nord-coréen. La Chine applique les sanctions internationales contre la Corée du Nord, mais elle met en garde contre tout recours à la force redoutant ainsi le chaos à sa frontière que pourrait entraîner un conflit dans la péninsule.

D’ailleurs le dossier coréen a pollué l’ouverture du sommet qui connaît la participation du président russe Vladimir Poutine et du président Turc  Recep Tayyip Erdogan. En revanche, les principaux dirigeants occidentaux sont absents. Peu après son arrivée au pouvoir, Xi Jinping a lancé l’initiative des nouvelles routes de la soie en 2013. La version 2017 des routes de la soie, une «ceinture» terrestre qui se double d’une «route» maritime, consiste en une série d’investissements dans des projets ferroviaires, autoroutiers, portuaires ou énergétiques, avec à la clé la création de parcs industriels ou de zones franches en Asie, en Europe et en Afrique.

L’initiative a le soutien apparemment illimité de Pékin. En tout cas, le président chinois Xi Jinping a promis dimanche une enveloppe de 124 milliards de dollars pour cet ambitieux projet. Le géant asiatique cherche ainsi à sécuriser son approvisionnement en matières premières ainsi que l’acheminement de ses produits vers ses principaux marchés, particulièrement l’Europe. 

Certains observateurs soupçonnent toutefois la Chine, deuxième économie du monde, de vouloir renforcer son influence sur le commerce international par des investissements qui lieront à elle les pays concernés, particulièrement en Asie centrale.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc