×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

La campagne du fisc dans les centres d’appels

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5017 Le 05/05/2017 | Partager
Plusieurs entreprises ont fait l’objet de redressements
La détermination des prix de transfert au centre des litiges
Attention au piège de la compétition fondée sur les bas salaires

Le management du fisc l’a répété à maintes reprises dans les colonnes de L’Economiste: la cartographie actuelle de contributeurs aux recettes de l’impôt sur les sociétés est inacceptable. Seule une poignée des 280.000 entreprises paient l’IS, 2/3 des sociétés déclarant des déficits de manière structurelle. Les vérifications des comptabilités devraient s’accélérer de manière à rétablir le sentiment d’équité qui n’existe pas aujourd’hui chez les opérateurs économiques, avait prévenu le patron de l’administration fiscale.

Les centres d’appels, comme les cliniques privées et plusieurs professions libérales avant eux, ont fait l’objet de contrôles. «Pour des raisons d’optimisation des ressources», l’opération a touché d’abord les grandes structures, mais elle s’étendra aussi aux petites et moyennes. Selon nos informations, les rappels d’impôt vont de 7 millions de dirhams à plus de 15 millions, selon le cas.

Le principal chef de redressement concerne les prix de transfert dont le fisc conteste la détermination. Il soupçonne les centres d’appels de les minorer et donc, de masquer un transfert de bénéfice à l’étranger. Ce sujet devrait probablement alimenter les conversations au Salon international des centres de contacts et d’appels au Maroc (Siccam) qui se tient ces vendredi 5 et samedi 6 mai à Casablanca.

Le Maroc continue à être attractif malgré une concurrence agressive de nouvelles destinations. L’arrivée de nouveaux investisseurs est annoncée: le français Cloud Control qui compte ouvrir à Casablanca et à Fès Shore. La société est spécialisée dans l’édition des logiciels dédiés aux centres d’appels (CRM). Elle envisage de recruter une soixantaine d’ingénieurs spécialisés. «Le choix du français s’explique par la grande mobilité des ingénieurs marocains au niveau international comparativement à d’autres pays du sud de la Méditerranée», explique Mohamed El Ouahdoudi, président du Siccam.

Smart Sécurité s’installe elle, à Fès pour se positionner dans la vidéosurveillance et autres prestations de sécurité. A ces deux, il faut ajouter Dial Fire, spécialisée dans les solutions clefs en main d’optimisation de l’investissement dans les projets de relation-client. La société sera basée à Casablanca. John Paul, service de conciergerie d’entreprise et de relations clients premium, compte annoncer sa montée en régime en tant que filiale du français John Paul France, filiale à 80% d’Accor.

D’autres investissements devraient être annoncés lors du Siccam. «C’est la première fois que le salon enregistre une aussi forte participation étrangère représentant 8 pays, dont la France, l’Allemagne, la Belgique, l’Algérie, la Tunisie… De plus, il n’y a jamais eu autant de demandes d’informations sur la destination Maroc», déclare El Ouahdoudi.

Cette année, le salon se tient sous le thème «La gestion de l’expérience et du parcours client». Car c’est ce qui fait défaut à beaucoup d’entreprises marocaines. La plupart ne disposant dans le meilleur des cas, que d’un site web (et encore pas toujours actualisé) et pas d’un centre d’appels.

Parmi les participants du Siccam, l’on compte Bloctel, la société de service relevant de Bercy et qui permet aux Français de s’inscrire sur un site pour ne pas être sollicités par les démarcheurs commerciaux. 3 millions de personnes figurent déjà dans ses fichiers. Le département ministériel souhaite tirer la sonnette d’alarme au sujet de la situation du démarchage téléphonique en France.

Depuis la mise en ligne du service Bloctel, le ministère de l’Economie a enregistré 600.000 plaintes contre la sollicitation téléphonique. Les responsables français comptent sensibiliser les opérateurs contre le risque de devoir interdire via une loi le démarchage téléphonique non sollicité. Une nouvelle menace pour les centres d’appels dont les gros donneurs d’ordre se trouvent en France.

Repères

centre_dappel_fisc_017.jpg

500 entreprises
• 25 villes marocaines
• 48.000 salariés et free lance
Plus de 6 milliards de DH de chiffre d’affaires
• 20 pays destinataires
• 13 langues utilisées (français,italien, flamand, allemand, russe, wolof...)

Source: Siccam

De nouveaux concurrents émergent en Afrique

Le secteur des centres d’appels compte actuellement 500 entreprises, employant plus de 40.000 personnes. Le secteur génère un chiffre d’affaires de plus de 6 milliards de DH. Le Maroc se trouve actuellement entre le marteau de la concurrence sud-européenne (Portugal et Espagne) et l’enclume de l’Afrique subsaharienne, où plusieurs opérateurs nationaux ont investi. Pour renforcer la présence du Maroc dans le radar des investisseurs, l’environnement des affaires doit être amélioré. L’un des principaux freins reste le prix du foncier. A Casablanca, les prix de location sont autour de 90 DH/m2 pour les bâtiments prêts à l’emploi et de 5 DH/m2 pour le foncier brut. C’est ce qui explique que beaucoup de centres s’installent dans les petites villes.
Le deuxième paramètre concerne les charges sociales, qui restent élevées comparativement aux destinations concurrentes tels que Madagascar, l’Ile Maurice et plusieurs autres pays africains. Le gouvernement a mis en place plusieurs incitations destinées aux entreprises créées entre 2015 et 2019 pour la création d’emploi. Mais il est interpellé sur l’interdiction d’utiliser la voix IP par les entreprises pour appeler au Maroc.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc