×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Finances-Banques

    Microdata en mode turbo

    Par Safall FALL | Edition N°:4988 Le 24/03/2017 | Partager
    L’entreprise fait mieux que le secteur avec un business en hausse de 29%
    «Contrat-cadre», l’astuce pour réduire l’incertitude de la commande publique

    Le spécialiste marocain de l’infra-structure IT performe. Assez, en tout cas, pour susciter l’incompréhension de Hassan Amor, PDG de Microdata, sur l’intérêt timoré accordé au titre sur la place boursière casablancaise. Pendant ce temps, l’entreprise est sur un trend d’activité haussier largement dans le vert, malgré un marché caractérisé principalement par une commande publique au ralenti.

    L’entreprise affiche un chiffre d’affaires toisant les 470 millions de DH, en hausse de près de 29% par rapport au précédent exercice. Cette performance s’explique essentiellement par «une très forte activité commerciale et quelques projets de référence», selon Salim El Jai, DGA de Microdata. Parmi ces contrats significatifs,  figurent des deals avec des clients présents sur plusieurs marchés dans le continent (banques, Maroc Telecom, Saham, etc.).

    «Ce sont principalement des clients que nous accompagnons dans leur développement à l’international, ce qui élargit naturellement notre marché», commente El Jai. Tout en n’excluant pas une implantation directe sur le marché subsaharien, la société compte d’abord se focaliser sur le marché local.

    Le résultat net de l’entreprise est également dans une variation positive de 76%, s’établissant à quelque 40 millions de DH. Là où le résultat opérationnel bondit de 85% à hauteur de 62,7 millions de DH, avec des charges assez maîtrisées (3,5%)  et une marge brute en hausse de 18% quasiment. Seul voyant au rouge du bilan, le résultat financier de l’entreprise est en baisse nette de 205% par rapport à 2015, du fait notamment d’ «un intérêt d’escompte fournisseur» et un impact de change en baisse de 42%. «Il y aura toujours cette incertitude sur le change, d’autant plus que nous nous dirigeons vers une flexibilité du dirham».

    Les consultations publiques et appels d’offres font encore plus de 80% du business de Microdata. L’opérateur compte davantage sécuriser son activité. «Ce que nous essayons de faire depuis quelque temps déjà, c’est de proposer à nos clients, dans la mesure du possible, des contrats-cadre. Ce mode d’acquisition permet de réduire l’incertitude de la commande publique», explique le DGA de Microdata. L’enseigne compte ainsi booster son portefeuille et s’offrir davantage de visibilité opérationnelle sur le maintien de ses performances.

    Digitalisation, big data… Les relais de croissance

    Côté perspectives, le management reste prudent sur ses prévisions de croissance, tout en misant sur la dynamique du marché local et le développement d’avantages compétitifs. La PME marocaine compte surfer sur la tendance à la digitalisation et du big data dans les banques pour assurer sa croissance. Sur les 10 dernières années, la société est restée sur un trend de croissance moyenne à 9%. De quoi revendiquer «un positionnement de leader» sur ses métiers phares.  Elle assure tout de même maintenir son agressivité commerciale et table sur un développement progressif et maîtrisé à l’international, qui fera surtout appel à des partenariats locaux. Par ailleurs, l’entreprise investit 18 millions de DH dans un nouveau siège social en construction.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc