×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    La mixité en entreprise vaut 30 milliards de dollars!

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:4975 Le 07/03/2017 | Partager
    Une richesse que le Maroc pourrait engranger à l’horizon 2025
    A l’échelle mondiale, le gain est estimé à 12 trillions de dollars, selon McKinsey

    Une meilleure intégration de la femme dans le monde de l’entreprise permettrait un gain substantiel en termes de richesse. Selon une étude récente réalisée par le cabinet McKinsey & Company, l’insertion de la gent féminine pourrait se traduire par un accroissement significatif du PIB. Le gain est estimé à 12 trillions de dollars à l’échelle mondiale, de 310 milliards de dollars en Afrique sub-saharienne et de 30 milliards de dollars au Maroc à l’horizon 2025. Cela dit, afin d’y arriver, beaucoup reste à faire, selon cette étude réalisée dans le cadre d’une série de rapports Women Matter.

    Les grands axes de ce travail ont été présentés la semaine dernière, lors d’une rencontre portant sur la mixité en entreprise. Une manifestation organisée à l’occasion du 8 mars par l’ambassade de France au Maroc, en partenariat avec les femmes conseillères du commerce extérieur français, et en présence de dirigeantes d’entreprises marocaines et françaises.
    La part des femmes marocaines occupant des postes de direction reste très faible. «Dans  les 48 plus grandes entreprises du Maroc, le pourcentage de femmes dans le top management est de seulement 2%, contre 5% au niveau de l’Afrique subsaharienne et 3% dans l’UE », signale Sandra Sancier-Sultan, directrice-associée senior de McKinsey & Company au bureau de Paris, co-auteur des séries Women Matter.

    Un long chemin reste à parcourir donc, notamment en matière de politiques publiques et de changement des mentalités. «Il faut renforcer la participation des femmes dans le monde du travail, en leur donnant l’occasion d’accéder aux plus hauts postes de la hiérarchie de leur entreprise», recommande Georges Desvaux, DG de McKinsey et co-auteur des rapports Women Matter. L’accent devrait ainsi être mis sur les secteurs les plus productifs.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc