×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Société

    Quart de finale: Quitte ou double!

    Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:4949 Le 30/01/2017 | Partager
    Sénégal/Cameroun: Les Lions indomptables remportent le duel des Lions
    Tunisie/Burkina Faso: Les Etalons décrochent le premier ticket pour les demi-finales
    cameroun_049.jpg

    PHOTO DU JOUR : Scène de joie des Camerounais après leur victoire contre le Sénégal aux tirs au but (5-4)  (Ph. AFP)

    Le difficile quart de finale Tunisie/Burkina Faso était prévisible, compte tenu des qualités physique et technique des adversaires et l’enjeu. Autant dire que les poulains d’Henri Kasperczak, sélectionneur de la Tunisie, s’y attendaient. Mais, hélas! les 10 dernières minutes de la rencontre leur ont été fatales, face à des Etalons du Burkina Faso combatifs et concentrés sur leur sujet. A ce stade de la compétition, il n’y a pas de petit adversaire. Toutes les équipes se valent. Le face-à-face Aigles de Carthage et Etalons du Burkina Faso du samedi dernier aura été plus que convainquant.

    Qualifiés avec brio pour les quarts de finale de la CAN après ses deux victoires face à l’Algérie et le Zimbabwe en phase de poules, les Aigles de Carthage ont manqué de cohésion en défense, ce qui leur  a coûté deux buts. Entré en cours de jeu, par l’art du coaching du sélectionneur portugais Paolo Duarte, Aristide Bancé a débloqué le match d’une puissante frappe en extension qui a fusé en laissant sans réponse le gardien tunisien Ayem Mathlouti. Suivi d’une contre-attaque de Prejuce Niguimbe Nakoulma à la 84e minute, qui profite d’un corner tunisien pour plier le match. Grâce à sa victoire contre la Tunisie (2-0), le Burkina Faso décroche le premier ticket pour les demi-finales de la Coupe d’Afrique des nations 2017. Les Etalons disputeront une place en finale le mercredi, contre le vainqueur du quart de finale Egypte/Maroc.

    Battus aux tirs au but (2-3) au terme d’un match nul (0-0) lors de la finale de l’édition de 2002, les Lions de la Teranga se sont préparés afin de dompter leurs adversaires camerounais samedi dernier à Franceville, en quart de finale de la CAN. Ce match Lions indomptables/Lions de la Teranga aura été l’une des grosses affiches de la compétition. Pour certains anciens internationaux sénégalais, ce quart de finale était l’occasion de prendre leur revanche, et de mettre fin à plusieurs années de frustrations. En effet, le Cameroun et le Sénégal se sont affrontés lors de la finale de l’édition de 2002 de la Coupe d’Afrique des nations. Les Lions de la Teranga s’étaient inclinés aux tirs au but (2-3) après 120 minutes d’un match nul et vierge (0-0). Ironie du sort, le Cameroun récidive en sortant le Sénégal lors de la séance des tirs au but (5-4), en quarts de finale à Franceville.

    Les Camerounais, qui ont su transformer leur cinq tirs au but, seront enfin au rendez-vous des demi-finales, ce qui ne leur était plus arrivé depuis 2008. Les Lions de la Teranga peuvent donc s’en vouloir de ne pas avoir su convertir leur domination avec au moins un but. Car le Sénégal s’est procuré un grand nombre d’occasions, mais a manqué de justesse technique face à Fabrice Ondoa, le portier camerounais. Il était sans doute écrit que ce duel se terminerait aux tirs au but, comme en 2002. Et à ce jeu, le Cameroun s’est montré le plus efficace, une fois de plus. Alors que l’attaquant de Liverpool Sadio Mané, cinquième tireur sénégalais, venait de voir sa frappe repoussée par le gardien camerounais, le dernier Lions indomptable n’a pas manqué le sien, envoyant son pays en demi-finale. Les Lions indomptables rencontreront, mercredi, le vainqueur du match RD Congo/Ghana.

    Kalusha Bwalya: Le miraculé du crash de 1993

    kalusha_bwalya_049.jpg

    Kalusha Bwalya est le joueur zambien le plus capé et le meilleur buteur de tous les temps, et probablement le meilleur joueur ayant joué en équipe nationale zambienne. Il se fait connaître pour son célèbre hat-trick contre l’Italie aux Jeux Olympiques de Séoul en 1988 avec une victoire (4-0), qui donne la première victoire d’un pays africain contre un grand d’Europe. Le footballeur africain de l’année 1988 terminera deuxième meilleur buteur de la compétition avec six réalisations, derrière un certain Romario. Kalusha Bwalya fait ses débuts en sélection contre l’Ouganda en 1983 et participe à six coupes d’Afrique des nations. Le 27 avril 1993, alors que l’équipe se rendait à Dakar pour affronter le Sénégal, l’avion de la sélection zambienne rate son décollage et s’écrase aux larges des côtes gabonaises. Dix-huit joueurs, l’entraîneur Godfrey Chitalu et des officiels périssent dans l’accident. Kalusha, qui a prévu de rejoindre la sélection plus tard, y échappe. Il participe à la reconstruction de l’équipe et les emmène en finale de la CAN 94. Passé au Mufulira Blakpool en 1979 à l’âge de 16 ans, puis au Mufulira Wanderers, où il joue jusqu’en 1985, il prend la direction de la Belgique, au Cercle de Bruges. Son influence est telle qu’il est enrôlé par le géant néerlandais du PSV Eindhoven en 1989, remportant deux championnats des Pays-Bas lors des saisons 1990-91 et 1991-92. Après le Benelux, direction le Mexique, où Bwalya intègre le Club America en 1994. En 2003, il prend la direction technique des Chipolopolo. Le 5 septembre 2004, à l’occasion des éliminatoires du Mondial 2006, la Zambie affronte le Liberia à Lusaka. Kalu a 41 ans, mais s’inscrit sur la feuille de match comme remplaçant. Il entre à la 85e minute, juste le temps d’ajuster, sur coup de pied arrêté, un tir qui fait mouche. Ce sera son 50e but et sa 100e et dernière sélection.

     

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc