×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès «enterre» ses bacs à ordures ménagères

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:4946 Le 25/01/2017 | Partager
    Première étape vers l’automatisation du tri des déchets
    Une initiative du groupe Ozone en partenariat avec la mairie
    fes_ordures_046.jpg

    Emballés et flambant neufs, des nouveaux bacs à ordures enterrés entreront en service incessamment. Installés au niveau du rond-point d’Atlas et devant Bab Boujloud, ces équipements seront généralisés à l’ensemble de la ville (Ph. YSA)

    Le 3 janvier 2016, les dirigeants de la ville de Fès signaient une nouvelle feuille de route avec Aziz El Badraoui, PDG de la société Ozone environnement et services, délégataire de la gestion du ramassage des ordures et du nettoiement. En vertu du nouvel accord, ce dernier a augmenté ses capacités de traitement, amélioré son service, et intégré de nouvelles prestations. Depuis un an, son entreprise a pu rendre Fès l’une des villes les plus propres du Royaume.

    Pour célébrer le premier anniversaire des engagements pris et tenus avec le bureau du maire Driss El Azami Idrissi, le délégataire vient d’équiper le rond-point du quartier Atlas (centre ville) et devant Bab Boujloud de nouveaux bacs enterrés. Ceux-ci en remplacement des bennes à ordures qui dégageaient des odeurs nauséabondes, occasionnant aussi une véritable pollution visuelle.
    Les bacs enterrés disposent d’un espace souterrain de 6m2 qui permet de diminuer fortement le degré d’acidité des déchets. Toutefois, tout dépendra de l’attitude des usagers. Pour le délégataire, «cet équipement réduit également la production du lixiviat qui provient de la percolation de l’eau à travers un matériau». Ainsi, pour familiariser les habitants avec ce nouveau dispositif, une campagne de sensibilisation sera lancée incessamment. D’autant que la société entend généraliser les bacs enterrés, contribuant fortement à l’amélioration de ses prestations ainsi que la propreté de la ville.

    Par ailleurs, les habitants découvriront des bacs différents destinés à collecter séparément le papier et carton, les déchets organiques, le plastique et le verre. «Après une première expérience réussie des bacs «amis de l’environnement» dans la ville de Settat, nous réitérons le même projet à Fès et Harhoura. Ces bacs qui fonctionnent sans carburant ni hydraulique, sont les mêmes que ceux installés en France», précise le délégataire du ramassage des ordures. Dans cette nouvelle approche, la sensibilisation reste la clé pour la réussite. Le tri depuis la maison permettra non seulement de générer des bénéfices supplémentaires, mais aussi de préserver les décharges. «Plus la quantité de déchets est minime, plus la durée de vie du site est longue», indique El Badraoui. Et de rappeler «le principe du développement durable est axé sur les trois «R», réduire, réutiliser et recycler».

    Signalons que la société Ozone environnement et services est une entreprise 100% marocaine. Riche de son expérience dans quelque 40 villes du Royaume, Ozone exerce depuis une dizaine d’années et collecte 5.000 tonnes/jour au Maroc et 1.500 tonnes/jour à Bamako Mali. Créée avec un effectif de 4 techniciens de surface, elle emploie aujourd’hui près de 6.100 salariés (dont 4.500 au Maroc et 1.600 au Mali). Rien qu’en Afrique, l’entreprise a décroché, jusqu’à présent, le contrat de Bamako pour 8 ans. Son service est payé à 15 millions d’euros annuellement et profite aux 3,5 millions d’habitants de la capitale malienne.
    En octobre dernier, la société marocaine a démarré la gestion déléguée des déchets dans 4 villes soudanaises (Khartoum, Oum Dourmane, khartoum Bahri et Jabal Al Awliyae). Son contrat dans ce pays s’étale sur 10 ans, et profitera à 5 millions d’habitants. Elle y engage 2.000 salariés.

    Le centre de tri bientôt opérationnel

    Projet pilote au Maroc et en Afrique, le centre de tri automatique des déchets de Fès sera bientôt opérationnel. Réalisé grâce à un partenariat tripartite réunissant le groupe Ozone environnement et services, la BMCE, et la mairie de Fès, ce projet a été équipé par les soins de professionnels allemands (matériels aussi) pour un investissement de 74 millions de DH. Il est construit sur un terrain d’une superficie de 6 hectares. Bercée à la sortie de la ville, cette plateforme est constituée de machines de dernière génération. Dotée d’une capacité de traitement (tri) de 600 tonnes de déchets par jour en double poste, cette usine est équipée de robots trieurs de déchets, répondant à une multiplicité de règles et permettant la valorisation des déchets.

    De notre correspondant,
    Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc