×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Settat/Agriculture: Des investissements de 1,8 milliard de DH

    Par Jamal Eddine HERRADI | Edition N°:4945 Le 24/01/2017 | Partager
    31 projets pour 2017-2020
    Les dernières pluies risquent de retarder l’achèvement des cultures d’automne...
    ... Mais bénéfiques sur les superficies déjà emblavées et les réserves hydriques
    settat_agriculture_045.jpg

    Ils ont retrouvé et le sourire et le moral qu’ils avaient commencé à perdre. Les agriculteurs de la région de Settat ont, en effet, de quoi se réjouir. De très fortes pluies se sont abattues sur la région depuis la nuit de mercredi-jeudi derniers. Elles se sont poursuivies les jours suivants jusqu’à hier lundi. On estime à près de 160 mm la moyenne des précipitations enregistrées dans la province.

    Une situation qui réjouit les agriculteurs de la province et leur promet une bonne année agricole. D’ailleurs, ils n’ont pas trop attendu avant de se mettre à la tâche. Déjà plus de 162.000 hectares ont été emblavés, soit 52% de la superficie programmée. Sur cette superficie, 43.600 ha ont été réservés à la culture du blé tendre, 33.000 au blé dur et 85.400 ha à l’orge.S’agissant des semences sélectionnées, les quantités réceptionnées sont de l’ordre de 154.480 quintaux de blé tendre, 61.340 quintaux de blé dur et 12.353 quintaux d’orge. Soit donc au total quelque 228.173 quintaux dont plus de la moitié a été vendue rien que pour cette période de cultures d’automne.

    Avec les dernières pluies, on s’attend à écouler le reste.
    Qui dit agriculture, dit également engrais. Les agriculteurs de la province de Settat ont depuis longtemps recours à l’utilisation des engrais surtout que les sols dans cette partie du pays s’y prêtent bien. Sur les 51.717 quintaux réceptionnés dans les points de vente et le centre Sonacos, 24.276 quintaux ont déjà été acquis par les fellahs. Ces produits sont disponibles en quantités suffisantes et commercialisés par les sociétés et les revendeurs agréés, est-il indiqué auprès de la délégation provinciale de l’agriculture (DPA-Settat).

    Cependant, les températures, certes saisonnières mais très basses, les vents forts et la poursuite des chutes de pluies, parfois sous forme de fortes averses, risquent de retarder l’achèvement des cultures d’automne, notamment dans les sols lourds. Par contre, ces précipitations auront un effet très bénéfique sur les superficies déjà emblavées, la végétation spontanée et les réserves hydriques, est-il souligné. Peut-on s’attendre à une saison agricole exceptionnelle dans la province de Settat comparable à celle de l’année 2009? Rien n’empêche de l’espérer. En 2009, la production céréalière dans la région avait dépassé les 10 millions de quintaux. La province de Settat avait alors produit le dixième des prévisions annoncées par le département de l’Agriculture (102 millions de quintaux).

    C’est la récolte du blé tendre qui avait enregistré la plus forte production (4 millions de quintaux), suivie par l’orge (3,1 millions de quintaux) et le blé dur (2,9 millions de quintaux). Cette province avait également enregistré d’importantes moyennes de rendement. L’on avait relevé que le rendement moyen en blé tendre a été de 26,5 quintaux à l’hectare, de blé dur 22 quintaux et l’orge 20 quintaux. Quelques parties de la région ont même enregistré des moyennes de 64 quintaux à l’hectare pour le blé tendre, 56 quintaux pour le blé dur et 50 quintaux pour l’orge. Cette différence s’explique par le fait que de nombreux agriculteurs n’avaient pas bien travaillé leurs terres, notamment en procédant au désherbage au moment opportun. Et aussi en recourant à l’utilisation des engrais et des semences sélectionnées. Aujourd’hui, ils semblent avoir retenu la leçon. En plus, il a été constaté un plus grand recours à la mécanisation.

    En effet, quelque 70% des superficies réservées à la céréaliculture avaient été labourées grâce à des moyens modernes rien que dans les terres bour. Finalement, les spécialistes du secteur agricole, du moins dans cette région, prédisent une excellente campagne agricole, encouragés en cela par les dispositions de la stratégie de développement agricole régional, initiée par les pouvoirs publics, notamment dans le cadre du plan «Maroc Vert» qui avait prévu des investissements de l’ordre de 300 millions de DH. Ils ont bénéficié à 28.750 fellahs entre 2010 et 2016. Pour la période 2017-2020, ces investissements atteindront 1,8 milliard de DH et sont destinés au financement de 31 projets au profit de 56.750 personnes.

    Pour rappel, la région avait décidé de se doter d’une stratégie de développement agricole. Celle-ci a été conçue comme un cadre référentiel permettant de fixer un cap et de donner de la cohérence à l’ensemble des actions et projets entrepris dans ce domaine aussi bien par les acteurs publics, les organes élus que les opérateurs privés et les agriculteurs.
    En fin de compte, la région de toute la Chaouia sera-t-elle en mesure de redevenir le grenier du Maroc? Tout porte à le croire.

    Rendement

    Hormis l’année 2009, le rendement moyen à l’hectare dans la province de Settat se situe à peine entre 12 et 14 quintaux. Une situation due, selon les spécialistes des questions agricoles, d’abord à un manque de rationalisation dans l’utilisation de l’espace destiné à l’agriculture. Et aussi à l’exiguïté des exploitations et leur morcellement. En outre, les superficies irriguées restent limitées et ne représentent pas plus que 3,5% des superficies destinées à l’agriculture. On note aussi la faible utilisation des facteurs et moyens de production. La mécanisation, bien que supérieure à la moyenne nationale, reste insuffisante. En fait, on a recours principalement aux méthodes traditionnelles.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc