×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Souss/Animation: Agadir Land tient la région en haleine

    Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:4945 Le 24/01/2017 | Partager
    La polémique autour de la réalisation ou de l’annulation du projet continue
    330 millions DH d’investissement dont 25 millions DH déjà déboursés
    souss_animation_045.jpg

    En se référant à la carte géologique établie par l’Office national des irrigations, il ressort que la ville d’Agadir est traversée par trois failles non affleurant, c’est-à-dire profondes. Certains hôtels et quartiers de la ville sont d’ailleurs construits dessus comme Sonaba, Riad Assalam, Illigh…Le quartier Hay Mohammadi est aussi concerné, pourtant il comprend des immeubles à 10 étages

    En ce début d’année 2017, c’est LE sujet qui tient le plus en haleine toute la région du Souss. Les projets Agadir Land et Agadir Camp sur lesquels beaucoup d’espoirs sont fondés pour donner un nouvel élan économique et touristique au chef-lieu du Souss font aujourd’hui débat. Sera-t-il réalisé ou annulé? Tout est parti d’une information relayée sur les réseaux sociaux qui laissait entendre l’annulation du projet, après un «rapport» défavorable émis par le laboratoire public d’essais et d’études (LPEE). Celui-ci concernerait la sismicité du site qui va accueillir ce projet d’animation pour grand public.

    Or, ce même laboratoire n’a présenté aucun rapport. «Nous avons juste donné un avis technique sur la sismicité de la zone qui contient le projet», a déclaré à L’Economiste Bachir Cherkaoui, directeur du Centre technique régional sud relevant de LPEE. Un avis formulé à la demande de la Commission des grands projets (CGP), après la présentation du Schéma directeur de l’urbanisme (Sdau), qui a soulevé la problématique de la sismicité de la zone du projet.

    agadir_land_045.jpg

    Les projets Agadir Land et Agadir Camp s’étendent sur 37 ha en tout. Pour la destination Agadir, la réalisation de ce projet d’un montant d’investissement de 330 millions DH est la garantie d’un regain touristique et économique certain (Ph A.L)

    Les promoteurs avaient adressé une demande à LPEE pour un devis concernant une étude géophysique et parasismique du site d’Agadir Land. Dans sa réponse, le laboratoire, ne pouvant assurer un telle demande, leur conseille de «consulter un expert en sismologie» (point n 7 sur le document). «Les travaux de terrassement et de viabilisation du site continuent normalement car nous n’avons reçu aucune demande officielle d’arrêter le chantier», explique de son côté Abdelaziz Houays, promoteur du projet.

    sous_animation_1_045.jpg

    Les travaux sur le site qui va accueillir le projet continuent normalement puisque les promoteurs n'ont reçu aucune demande de suspension du chantier, ont-ils indiqué (Ph. FN)

    «Agadir Land et Agadir Camp sont loin des failles, de plus, le taux d’occupation du sol pour le camping caravaning et le parc d’attractions est de seulement 0,8% le tout en R+1 maximum», a-t-il ajouté. Le projet qui a bénéficié d’une dérogation ne comprend que des constructions légères, mis à part le café et le restaurant qui seront construits en dur au rez-de-chaussée. D’un autre côté, le règlement parasismique assujetti au zonage en relation avec les règles de construction  est respecté, nous indique-t-on. «Par rapport à la faille de Kasbah et celle de Tildi, Agadir Land et Agadir Camp sont à quelques centaines de mètres, seule la gare de départ du téléphérique est située sur la faille mais il y a moyen de la réaliser autrement», explique Abdelilah Laslami, directeur du projet.

     

    Pour rappel, les promoteurs avaient commencé le nettoyage, l’aménagement et la réalisation des accès et des voiries du site sur la base d’une autorisation délivrée par la Commune d’Agadir suite à la réunion en juillet dernier, de la commission de suivi du projet relevant de la Wilaya. Par la suite, le dossier de demande d’autorisation a été déposé à la Commune et examiné par la CGP le 16 août dernier. Laquelle a émis des observations techniques. Du côté de la municipalité, la commission des investissements a approuvé le projet et autorisé la location d’un terrain appartenant à la Commune. Quant à lui, le Centre régional d’investissement (CRI) avait donné son accord pour ce même

    lpee_agadir_045.jpg

    Les promoteurs du projet avaient adressé une demande à LPEE pour un devis concernant une étude géophysique et parasismique du site d’Agadir Land. Dans sa réponse, le laboratoire leur a conseillé de «consulter un expert en sismologie» (point n° 7 sur le document)

    projet qui fait désormais débat.

    «La commission régionale d’investissement a donné son aval sur la faisabilité économique de ces deux projets fusionnés, après le dossier a été transféré à la CGP qui

    s’occupe d’étudier les aspects techniques à savoir autorisations, études d’impact, COS…», explique Khalil Nazih, directeur du CRI. Aujourd’hui, le dossier de demande d’autorisation de construire répondant aux observations émises par la CGP vient d’être déposé à la commune.

    Pour rappel, Agadir Land et Agadir Camp s’étendent respectivement sur 19 et 18 hectares, soit 37 ha en tout. Le montant d’investissement est de 330 millions DH dont 25 millions DH ont déjà été déboursés. A terme, ce projet d’animation et d’attraction unique au Maroc va générer 1000 emplois directs et autant indirects. Pour la destination Agadir, la réalisation d’un projet de cette envergure est la garantie d’un regain touristique et économique certain.
    De notre correspondante,
    Fatiha NAKHLI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc