×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    L'association Fès-Saïss change de président

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:4945 Le 24/01/2017 | Partager
    Kabbaj sur le départ, Driss Alaoui M’daghri, seul candidat à sa succession
    L'élection prévue le 4 février prochain lors de l’AGO
    En attendant, priorité aux migrants subsahariens
    fes-saiss_president_045.jpg

    Driss Alaoui Mdaghri (au centre) sera élu, le 4 février, président de l’association Fès-Saïss, en remplacement de Mohamed Kabbaj. En attendant, le président du jury du Prix de L’Economiste a assisté à la campagne solidaire organisée dimanche dernier en faveur des migrants subsahariens  (Ph YSA)

    L'association Fès-Saïss change de président. Mohamed Kabbaj, à sa tête depuis sa création en 1986, veut passer le flambeau. Le rendez-vous est donné le 4 février pour l’assemblée générale élective. Il sera remplacé, selon nos sources, par Driss Alaoui M’daghri, président du jury du Prix de L’Economiste, professeur et ancien ministre, dont le nom circule depuis plus d’une semaine.

    Seul candidat à la succession de Kabbaj, ce dernier fait d’ailleurs l’unanimité. Il a été vivement applaudi, le week-end dernier, par les membres du bureau de la section locale de l’association Fès-Saïss. C’était à l’occasion de la caravane solidaire contre le froid, organisée au siège de l’ONG. Celle-ci atteste d’une grande sensibilité pour les migrants subsahariens. En tout cas, c’est ce qu’ont démontré ses membres en initiant, le 22 janvier, une nouvelle action caritative au profit de ces ressortissants en situation difficile à Fès. Pour Hassan Slighoua, président du bureau de Fès, «cette opération est menée sous le thème: «main dans la main pour aider l’Afrique», dans le sillage de la politique africaine du Roi qui a comme corollaire la collaboration Sud-Sud».

    Il est 8 heures du matin, le ciel est gris et le froid est glacial. Les membres de la prestigieuse ONG se sont donné rendez-vous au siège de l’association pour les derniers préparatifs. Avec un dynamisme inégalé, Driss Faceh, Chakir Sefrioui, Haj Ahmed El Hesnaoui, Fatéma Bennani, et d’autres sont déjà à l’œuvre. Mohamed Berrada, président de la commission sociale, était, pour sa part, en face de la gare où les migrants africains prenaient les minibus affrétés par l’association en direction de son siège. «Nous sommes au chevet de cette population vulnérable, touchée par le froid», souligne Slighoua. Et d’ajouter: «nous comptons organiser d’autres actions en faveur des migrants…

    Au moins 6 opérations durant 2017». A travers ces actions, l’association veut atténuer les effets du mauvais temps -allant jusqu’à -11° la nuit. Active dans ce domaine depuis plus de 30 ans, l’ONG se veut précurseur et source d’inspiration pour les autres associations. «Nous sommes conscients des conditions de vie de ces émigrés, du manque de nourriture, de vêtements, de couvertures…et de réconfort, d’où notre action», estiment ses dirigeants.

    Pour apporter un soutien à quelque 300 migrants (femmes, hommes et enfants), l’ONG a mené une caravane de solidarité avec près de 10 tonnes de denrées alimentaires, des vêtements et des couvertures pour un budget de près de 200.000 DH. «Il faut encourager à pérenniser cet élan de solidarité et surtout d’initier d’autres opérations visant à faire face aux périls des hivers durs dont souffrent ces populations». Aux températures glaciales, au manque de moyens, de nourriture, et d’habits, s’ajoutent les maladies d’hiver (bronchite, rhume, rhumatisme…). Rappelons enfin que l’association avait transformé son siège, le 18 décembre, en un hôpital miniature, le temps d’une caravane médicale au profit d’immigrés subsahariens. Organisée à l’occasion de la journée nationale du migrant, cette action a bénéficié à plus de 215 personnes issues de différents pays africains (Mali, Côte d’Ivoire, Guinée, Sénégal…).

    Solidarité constructive

    Mohamed Kabbaj, président de l’association Fès-Saïss, a toujours exhorté les membres de l’association à être à l’écoute non seulement des sympathisants mais aussi de la population, insistant à ce que les activités soient inspirées des besoins de la population de Fès sur un fonds de consolidation des rangs et une solidarité constructive et instructive. Pour lui, l’association Fès-Saïss n’est la propriété de personne, c’est le patrimoine de la ville et du pays et où toute personne animée de bonne volonté trouvera aisément sa place. Son successeur devrait apporter du sang neuf et surtout des idées pour des projets sociaux d’envergure. A noter que l’ONG fêtera ses 31 ans le 13 mars prochain. Il héritera d’une association reconnue d’utilité publique, membre de l’organisation mondiale des messagers de la paix, organe des Nations unies.

    De notre correspondant,
    Youness SAAD ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc