×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Bourse: Les plans d’ATI pour 2017

    Par Franck FAGNON | Edition N°:4940 Le 17/01/2017 | Partager
    L’appétit pour les actions reste fort: +8% déjà pour le Masi
    Le broker anticipe une hausse de 9% des bénéfices de la cote
    bourse_ati.jpg

    ATI anticipe une hausse de 10,5% des profits pour sa sélection de valeur* en 2016 et 6,2% en 2017. Pour l’ensemble du marché, les bénéfices sont attendus en hausse de 9% en 2016 et 6,6% l’année suivante. L’immobilier qui a pesé sur les résultats de la cote par le passé, les banques, les télécoms et la distribution seront les locomotives.

    La quête du rendement a ramené les investisseurs à l’achat en Bourse. Après le rebond de 30,46% du Masi en 2016, l’appétit pour les actions cotées reste fort en ce début d’année. L’indice vedette du marché casablancais a déjà cumulé une hausse de plus de 8% après neuf séances. Peu de brokers avaient anticipé un tel comportement du Masi. Même les prévisions les plus optimistes ont été dépassées par le rallye de l’indice ces dernières semaines. 
    La bonne nouvelle est qu’il devrait rester sur un trend positif à moyen terme, prévoient les analystes. Le contexte peu favorable sur le marché des taux devrait continuer à favoriser les arbitrages en faveur du marché actions. Les écarts de rendement entre les obligations d’Etat à 2 ans et un portefeuille d’actions(1) (24 actions pesant 77% du Masi) se sont accentués ces dernières années atteignant jusqu’à 4 points de pourcentage. 
    Les actions figurant dans le portefeuille devraient offrir un rendement moyen de 6,4% selon les prévisions d’ATI. Face à la baisse du marché actions, certaines entreprises ont adopté une politique de distribution généreuse pour rester attractives. Le taux de distribution devrait s’établir à 80% en 2016 et 2017 pour le portefeuille retenu par Attijari Intermédiation. Ce niveau de distribution serait soutenu par une bonne orientation des bénéfices des sociétés cotées. Le broker anticipe une hausse de 10,5% des profits pour sa sélection de valeur en 2016 et 6,2% en 2017. Pour l’ensemble du marché, les bénéfices sont attendus en hausse de 9% en 2016 et 6,6% l’année suivante. L’immobilier qui a pesé sur les résultats de la cote par le passé, les banques, les télécoms et la distribution seront les locomotives. Par ailleurs, le redressement de l’activité économique avec une croissance de l’ordre de 4% en 2017 contre moins de 2% prévue pour 2016 soutiendra les perspectives des entreprises cotées. Le premier test important pour le Masi est prévu d’ici mars avec les publications des résultats annuels. La vague de contrôle fiscal qui touche entre autres les sociétés cotées pèsera sur les résultats 2016 de certaines entreprises qui ont déjà émis une alerte.
    _____________________________
    (1) Maroc Telecom, AWB, BCP, LafargeHolcim Maroc, Ciments du Maroc, Taqa Morocco, Wafa Assurance, Addoha, Total Maroc, Cosumar, BMCI, Afriquia Gaz, CIH Bank, Marsa Maroc, Brasseries du Maroc, SMI, Lydec, Oulmès, CMT, Delta Holding, Ennakl, Afma, Disway, Aluminium du Maroc

     

     

    taha_jaidi.jpg

    Taha Jaidi, responsable desk actions à ATI

    - L’Economiste: Qu’est-ce qui explique le rallye du Masi depuis le début de l’année?
    - Taha Jaidi:
    Contrairement aux années précédentes, la récente reprise du marché actions est soutenue par la conjonction de trois facteurs solides. Il s’agit de la nette amélioration des bénéfices des sociétés cotées dans un environnement économique favorable, la baisse des rendements obligataires dans un contexte où le Trésor affiche une situation financière confortable et enfin le retour de confiance progressif des investisseurs envers le marché boursier en général.

    - Quels sont vos pronostics pour 2017?
    - Comme déjà anticipé par notre direction Analyse & Recherche, le marché actions a entamé une phase haussière solide à partir du 3e trimestre 2016. Selon nous, cette tendance positive devrait se poursuivre durant l’année  2017, soutenue par l’afflux continu de liquidité envers les actions. Toutefois, les investisseurs pourraient adopter en 2017 une approche plus sélective en Bourse, et ce, en fonction de trois principaux critères: le niveau de croissance bénéficiaire des sociétés cotées sur la période 2016e-2017e, le niveau de dividende offert par les titres et enfin la qualité de la communication financière des sociétés quant à leur perspective de développement sur le moyen terme.

    - Quels sont les secteurs qui pourront surperformer en 2017?
    - Quatre secteurs devraient profiter d’un contexte économique particulièrement porteur en 2017. Il s’agit des mines qui bénéficient d’un double effet positif Volume/Prix, de l’agroalimentaire qui accélère le développement de son activité export, de l’immobilier qui connaît une nouvelle dynamique suite à la poursuite de la baisse des taux immobiliers et enfin, du secteur portuaire à travers Marsa Maroc, cet opérateur qui affiche des perspectives de développement prometteuses à l’échelle locale et internationale.

    Propos recueillis par Franck FAGNON

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc