×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    La course aux titres en Bourse!

    Par Franck FAGNON | Edition N°:4924 Le 26/12/2016 | Partager
    Un volume moyen quotidien de 330 millions de DH depuis début décembre
    Les institutionnels à l’origine de cet afflux de liquidité
    Les valeurs bancaires, IAM, Cosumar ou encore Addoha ont leur faveur

    Avec une hausse déjà solide de 19,57% à fin novembre, le Masi a accéléré sa cadence depuis décembre. Après quinze séances, il a déjà pris 12% sur un volume moyen quotidien de 330 millions de DH (marché central). Jusqu’ici, les transactions sur ce compartiment s’étaient limitées à 114 millions de DH en moyenne chaque jour. Les sociétés de gestion sont à l’origine de la fièvre acheteuse sur le marché actions. La baisse des rendements d’autres actifs notamment les bons du trésor dont les institutionnels sont très friands les poussent à réorienter une partie de leurs actifs vers le marché actions. «Les sociétés de gestion reçoivent beaucoup de souscriptions», relève un analyste.
    Cet afflux de liquidité à la Bourse profite en premier aux valeurs bancaires. BMCE Bank draine en moyenne 50 millions de DH chaque jour depuis le début du mois contre un volume quotidien de 3,4 millions de DH entre janvier et novembre. Le retour à l’achat des investisseurs sur le titre lui permet de basculer en territoire positif avec une hausse annuelle de 6,07% à la clôture vendredi 23 décembre. Parmi les valeurs vedettes du secteur bancaire, BCP se distingue avec une hausse de 22% sur les quinze dernières séances sur un volume moyen de 25 millions de DH. Aujourd’hui, «les investisseurs se positionnent sur les valeurs dont le potentiel de hausse est encore important et celles qui sont liquides», relève un analyste. «BMCE Bank et BCP entre autres réunissent ces deux conditions», ajoute-t-il. Attijariwafa bank, la première capitalisation du secteur a vu transiter 45 millions de DH sur son cours depuis le 1er décembre contre un volume quotidien de 18 millions de DH après les onze premiers mois de l’année. Pour l’instant elle a pris 3,21% sur le mois renforçant ses gains annuels à  24,30%.
    Des valeurs comme Maroc Telecom, Addoha, Cosumar ou encore Wafa Assurance ont également la faveur des investisseurs ces derniers jours. «Plusieurs actions ont passé un nouveau palier en termes de liquidité», remarque un professionnel de marché.
    A court terme, la Bourse devrait continuer à monopoliser l’attention. Tant que les rendements seront bas sur le marché obligataire, les arbitrages en faveur du marché actions vont continuer. Les alternatives étant très limitées. Aujourd’hui, les bonnes perspectives sur les résultats des sociétés cotées soutiennent aussi   le mouvement actuel. Reste maintenant à convaincre les particuliers de revenir sur le marché. Leur poids dans les échanges a significativement diminué ces dernières années pour se limiter à 2% à fin 2015. Il faudra accélérer la réforme du marché notamment les aspects de régulation pour renforcer la confiance des investisseurs. En attendant, les analystes restent optimistes sur l’évolution du marché en 2017. De quoi donner, aux particuliers, des idées pour le placement des primes de fin d’année par exemple.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc