×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Insolites

    Un Monde Fou

    Par L'Economiste | Edition N°:4921 Le 21/12/2016 | Partager

    ■ On chasse le cochon à l’aéroport de Hong Kong!

    cochons_hong_kong_021.jpg

    Plusieurs policiers et des boucliers anti-émeute… De grands moyens ont été déployés mardi pour neutraliser et venir à bout d’un sanglier sauvage égaré sur le tarmac de l’aéroport international Check Lap Kok à Hong Kong.  «A environ 14h30 (08h30 GMT), un cochon sauvage est entré dans une zone d’accès limité réservée au stationnement des avions», a déclaré à l’AFP une porte-parole de l’autorité de l’aéroport. «L’unité de police de l’aéroport a été mobilisée et a maîtrisé le cochon», a-t-elle ajouté, précisant que les opérations de l’aéroport n’avaient pas été perturbées. Le site du Apple Daily a publié une vidéo où l’on peut apercevoir l’animal imposant tenter d’échapper aux policiers. «Il court par là, il est couvert de sang», commentait l’auteur de la vidéo. Des photographies montraient en effet du sang sur le museau de l’animal qui gisait au sol, écrasé par trois boucliers! D’après la presse locale, le sanglier en question a été transporté au sein d’un centre spécialisé afin d’y être soigné. Il s’agissait d’une femelle d’une cinquantaine de kilogrammes, ajoute la presse, qui cite le ministère de l’Agriculture et des Pêches. Les sangliers sont en fait très répandus dans la jungle hongkongaise. Ils font parfois des incursions en zone urbaine pour mettre la main sur de la nourriture. Un sanglier avait déjà semé un vent de panique en 2015 lorsqu’il avait fait irruption dans un magasin, avait renversé un mannequin et était rentré dans une cabine d’essayage, provoquant la fuite du personnel et des clients.

    ■ Un serpent-tigre dans un sapin de Noël!
    Un serpent a failli passer pour une guirlande en Australie, sans parvenir toutefois à tromper la vigilance d’une maîtresse de maison qui a reconnu dans son sapin de Noël un serpent-tigre, reptile comptant parmi les plus venimeux. L’hôte indésirable était en fait enroulé dans le sapin en question lorsqu’il a été repéré par Cheryl il y a de cela quelques jours. Elle ne s’est pas démontée et s’est fait une tasse de thé en attendant l’arrivée d’un chasseur de serpent professionnel. «C’était un serpent-tigre. Ils sont mortels, mais seulement si on leur fait du mal», a confié à l’AFP Barry Goldsmith, qui est parvenu à attraper le reptile. «Il est probablement rentré par une porte ouverte mais Cheryl a fait preuve de bon sens. Elle n’a pas paniqué, elle a juste pris une photo et l’a envoyée au chasseur de serpent, moi, et 20 minutes plus tard j’avais le petit salopiaud dans mon sac». Pas moins de 20 espèces de serpents parmi les 25 espèces les plus venimeuses au monde vivent en Australie. Le serpent-tigre peut mesurer jusqu’à trois mètres et est souvent rayé.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc