×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Medays: L’après COP22 démarre à Tanger

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:4916 Le 14/12/2016 | Partager
    Un appel pour que les USA ne laissent pas tomber l’accord de Paris
    Le projet du gazoduc Nigéria-Maroc, première concrétisation

    La 9e édition du forum Medays a dû affronter le dur défi de faire suite à l’événement de taille planétaire qu’a accueilli le Maroc en novembre dernier. Si l’organisation de la COP22 reste une véritable réussite, l’ensemble des participants insiste sur le fait que la Conférence des Parties n’était qu’un début et que le véritable travail de mobilisation ne fait que commencer. «Une lourde tâche qui commence pour le Maroc», ainsi que le souligne à juste titre Brahim Fassi Fihri, président fondateur de l’Institut Amadeus, organisateur du forum Medays. Dans sa déclaration finale, le forum Medays s’aligne avec la feuille de route et l’action climatique de la présidence marocaine de la COP. C’est le cas en ce qui concerne le développement des capacités institutionnelles et humaines, la mise en place de projets novateurs d’adaptation aux changements climatiques, la garantie d’une meilleure gestion des risques et la promotion des transferts de technologies, en particulier pour les pays les plus vulnérables, en plus de l’appel à un renforcement de la mobilisation des financements nécessaires.
    Parmi les pays les plus en danger figurent en premier lieu ceux de l’Afrique. Renforcer la résilience du continent face aux défis des changements climatiques, financer et accompagner le développement durable, la création d’une plateforme pérenne qui a pour mission de favoriser la co-émergence, autant d’engagements issus du 1er sommet africain organisé à l’initiative du Roi Mohammed VI en marge de la COP et que le Forum des Medays a adopté. Dans le même ordre d’idées, le Forum encourage l’initiative pour l’«Adaptation de l’agriculture africaine» dite «Triple A», lancée par le Maroc et soutenue par plus de 25 pays d’Afrique, qui assurera l’adaptation de l’agriculture en Afrique aux changements climatiques, via des programmes de financements et de renforcement des capacités.

    Retour inéluctable du Maroc à l’UA

    En profitant de l’ambiance générée par la lutte contre le changement climatique, l’Afrique pourrait devenir le leader de l’énergie à faible émission de carbone et s’ériger comme le pionnier du développement énergétique propre et durable, notent les panélistes du forum. Une première initiative concrète, celle du projet du gazoduc reliant le Nigéria au Maroc, puis à l’Europe a été vivement saluée lors des discussions de ce forum. Elle sera, sans doute, à même de créer un marché régional compétitif de l’énergie et de répondre à la problématique d’électrification du continent africain.
    La crainte de voir l’un des plus grands pollueurs, les Etats-Unis, claquer la porte de l’accord de Paris n’a pas manqué d’assombrir les débats. L’Union au sein de l’Afrique a elle aussi mobilisé une partie des discussions. Si au niveau économique, beaucoup d’efforts restent à faire (cf. notre édition 4915 du 9 décembre) les blocages pour la construction politique de l’Afrique persistent. C’est d’ailleurs pour un retour du Maroc au sein de l’Union africaine que le Forum a appelé lors de sa déclaration finale. Ce dernier dénonce d’ailleurs les procédés évoqués par la présidence de la Commission de l’Union Africaine pour retarder l’adhésion du Maroc, suivant une logique politique et non juridique, alors que la majorité des Etats africains se sont prononcés clairement en faveur du retour du Royaume, s’insurge Fassi Fihri. Les participants au Forum Medays estiment d’ailleurs dans la déclaration finale que le retour du Maroc à l’UA est inéluctable et exhortent la présidence de la Commission de cette instance à faire preuve de responsabilité et à respecter les instruments juridiques de l’institution panafricaine.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc