×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Tourisme: Les nouvelles ambitions de FTI

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:4916 Le 14/12/2016 | Partager
    Un million de nuitées à l’horizon 2020 à Agadir, Marrakech et à Chbika
    Et un investissement de 2 milliards de DH en partenariat avec Atlas Hospitality

    C’est une sacrée bonne nouvelle pour le tourisme et notamment pour le marché allemand. Après une convention de partenariat conclue en 2015 avec Atlas Hospitality Maroc, le TO allemand FTI vient de créer une nouvelle joint-venture à part égale avec le groupe marocain pour développer le marché allemand dans le sud du Maroc. Un signe de confiance que le groupe allemand vient de marquer en cette période de baisse de régime. La convention a été signée récemment à Marrakech entre le top management d’Atlas Hospitality et de FTI. Concrètement, le 4e plus grand voyagiste mondial s’engage pour la destination Maroc et investit dans les murs avec la création de 7 clubs Labranda (marque de FTI). Outre Dunes d’Or d’Agadir, il est prévu la reconversion d’Atlas Targa et les Idrissides Urban Clubs en clubs Labranda offrant ainsi un millier de chambres et un premier palier d’investissement de 650 millions de DH. Cet investissement sera porté à 2 milliards de DH en 2020 avec trois nouveaux clubs qui vont être construits à Chbika d’une capacité de 927 chambres. Enfin, un 7e club est en cours de négociation. Le TO allemand n’investit pas que dans les murs, puisqu’il s’engage aussi bien sur l’aérien que le réceptif. Depuis l’an dernier, FTI dessert Agadir à travers une dizaine d’avions par semaine et compte évidemment mettre en place un plan aérien pour Marrakech et qui sera renforcé par un autre pour le Sud une fois les hôtels de Chbika achevés. Le groupe allemand fondé en 1980 est un des rares TO à connaître une croissance fulgurante. Sur le seul marché français, FTI détient une part de 11%, en hausse de 10% par rapport à l’an précédent. Grace à l’entrée dans son capital d'Orascom Development Holding -à l’origine des stations touristiques intégrées de Taba Heights et El Gouna-, FTI a désormais un stock et un portefeuille de produits étendu à FTI Voyages ainsi que des possibilités d’investissement démultipliées pour le groupe. Si la base du groupe munichois est la région centrale européenne (Allemagne, Autriche et Suisse), il s’est récemment étendu en France, au Royaume-Uni et vient d’ouvrir 500 agences de voyages en Hollande. Autant de marchés que le TO mondial ramène dans son sillage. En 2016, l’allemand a drainé à Agadir près de 280.000 nuitées. Un chiffre qui ira crescendo jusqu’à 2020 avec plus de 1 million de nuitées à l’horizon 2020. Son engagement a également permis un effet d’entraînement sur la destination d’Agadir qui a enregistré depuis un retour de programmation des petits TO allemands. Avec son réceptif Meeting Point International, créé il y a deux ans, il a aussi relancé le segment des circuits. 10 circuits et combinés ont été proposés par le TO. Outre des routes classiques des circuits connus comme «Maroc fascination», des produits originaux font partie du programme, notamment le circuit «Magie du Sahara» qui conduit les clients dans des jeeps vers les montagnes de l’Atlas, combiné à la visite des studios d’Ouarzazate. Une fois les clubs de Chbika achevés, le groupe allemand compte d’ailleurs concocter des combinés incluant plusieurs destinations du Sud. Mais rien n’exclut que le groupe s’intéresse à d’autres régions marocaines, si le potentiel existe, précise le management des deux partenaires. Avec ses 26 hôtels (plus de 9.000 lits), Atlas Hospitality est le 2e opérateur hôtelier marocain après Accor en nombre d’unités et le 1er à capitaux 100% marocains. Son développement a été un des plus spectaculaires, passant de 3 hôtels à une trentaine en moins de 16 ans. Son portefeuille clientèle est composé de 15% Mice (congrès séminaire), 25% corporate et 60% loisirs.

    L'Allemagne, un marché stable

    Pour le groupe marocain, l’Allemagne reste prioritaire. C’est un des marchés les moins touchés par les replis touristiques et qui est sur un trend haussier depuis deux ans. Heureusement d’ailleurs, car ce sont ses touristes qui ont permis d’atténuer les baisses enregistrées en 2015 et 2016 sur les autres marchés traditionnels. Et puis c’est aussi le deuxième émetteur de forfaits touristiques dans le monde que toutes les destinations se disputent.

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc