×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Fès-Médina/ Kissariat Al Kifah renaît de ses cendres

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:4913 Le 07/12/2016 | Partager
    Fondations, toitures, réseaux d’eau… une mise à niveau complète
    Plus de 22 millions de DH dédiés au projet
    fes-medina_013.jpg

    Berceau des anciens combattants, kissariat El Kifah est en plein chantier. Sa restauration a été commandée par le Souverain. L’ambition est d’inscrire ce site dans le circuit touristique, et de mettre en place un modèle économique de réhabilitation et de valorisation de l’artisanat local (Ph. YSA)

    Fermée actuellement aux visiteurs, kissariat Al Kifah est en plein chantier. Ce site à haute charge historique fait partie des 27 monuments de la médina de Fès, restaurés à l’initiative du Souverain. L’opération  devrait permettre une redynamisation de la kissariat, dont l’histoire reste liée à celle de l’indépendance du Maroc. Le lieu joue également un rôle important en tant que carrefour commercial incontournable de la médina. Avec sa rénovation, la capitale spirituelle et académique du Royaume aura récupéré une bonne partie de son histoire. Le suivi des travaux est assuré par Saïd Zniber, wali de la région, en personne. Le haut responsable s’y rend tous les samedis. Accompagné de Rachid Haloui, architecte en charge du projet, Zniber est conscient de l’envergure du projet. Techniquement, les travaux de restauration portent sur le renouvellement des toitures endommagées, charpentes, éclairage, fondations, portes de magasins… La kissariat se trouvait dans un état de délabrement avancé. Situé près du mausolée de Moulay Idriss, l’édifice date des années 1920. Il s’étale sur une superficie de 4.000 m², soit 560 magasins répartis sur 12 souks. Son vieillissement a occasionné des désagréments pour les commerçants, les touristes et les visiteurs. D’où le projet de réhabilitation. Celui-ci a été lancé en septembre dernier. Estimée à 22 millions de DH, la cure de jouvence devrait coûter un peu plus, en raison des surprises que cache le chantier. La plus ancienne partie de l’édifice, aux abords de Moulay Idriss, était, par exemple, construite sans aucune fondation. «Nous avons refait plus de 2,5 mètres de fondations en beldi. Un travail méticuleux mené à l’identique», explique Haloui. Et d’ajouter: «Les poteaux et réseaux d’eau et d’assainissement ont été également mis à neuf». Outre la réhabilitation des toitures délabrées et leur remplacement par du bois, comme à la naissance de ce marché en 1920, l’opération prévoit des travaux d’étanchéité sur toutes les terrasses de la kissariat, la mise à niveau des installations électriques, le pavage et la signalétique dans ses 12 souks. Berceau des anciens combattants, le site attirait autrefois plus de 90% des visiteurs marocains et étrangers, venus acheter babouches, gandoras, djellabas et autres tissus. A l’issue de sa restauration, ce monument devrait retrouver sa valeur historique. Le projet vise à y améliorer l’activité commerciale et les conditions de travail des commerçants. Le taux de réalisation des travaux avoisine actuellement les 40%. Les responsables du chantier promettent un standing «luxueux» pour les commerçants de cette kissariat. De nouvelles toitures en bois (Berchla) seront posées. Idem pour les rideaux des magasins. Ils seront remplacés par des volets en aluminium anti-intrusion, couleur bois et motorisés (automatiques). Notons, enfin, que le Roi pourrait s’enquérir de l’état d’avancement du chantier lors de sa prochaine visite à Fès.
    De notre correspondant,
    Youness SAAD ALAMI

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc