×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Crédit du Maroc accélère dans la bancassurance

    Par Franck FAGNON | Edition N°:4913 Le 07/12/2016 | Partager
    Hausse de 41% des primes à fin septembre à 413 millions de DH
    credit_du_maroc_013.jpg

    La prise de conscience des Marocains sur les sujets de retraite ou encore de prévoyance laisse entrevoir un avenir prometteur pour l’assurance-vie (Ph. L’Economiste)

    Crédit du Maroc recalibre son plan d’entreprise qui arrivera désormais à échéance en 2020 au lieu de 2018 précédemment. La banque souhaite s’aligner sur le plan stratégique 2020 de sa maison-mère Crédit Agricole France. Le réajustement est aussi dicté par un environnement moins favorable qu’anticipé. Le ralentissement du crédit et le contexte de taux bas mettent les marges d’intérêts sous pression. La diversification des sources de revenus est devenue une nécessité. L’institution a inscrit la bancassurance parmi les axes prioritaires de développement. Elle veut en faire un second métier, représentant aux alentours de 10% du produit net bancaire à moyen terme.
    Un an après la signature de l’accord de partenariat avec Saham Assurance, Crédit du Maroc tire un premier bilan positif de cette association. «Nous sommes très satisfaits de ce partenariat» s’est réjoui Baldomero Valverde, président du directoire de Crédit du Maroc à la première édition du nouveau rendez-vous trimestriel, «Café-CDM», destiné à parler de l’actualité de la banque.
    A fin septembre, Crédit du Maroc a émis 413 millions de DH de primes en forte augmentation de 41% sur un an. Crédit du Maroc revendique une part de marché de l’ordre de 9% dans la bancassurance (primes et commissions). Cela le place en quatrième position sur le marché derrière le «big three» (Attijariwafa bank, BMCE Bank et BCP). Le dynamisme commercial a été soutenu par le développement de l’offre. Une dizaine de produits couvrant les assurances biens et responsabilités, la prévoyance, l’épargne et le placement, l’assistance ont été lancés en 2016. Une autre vague de produits seront introduits en 2017.
    Aujourd’hui, le partenariat pourrait relancer l’intérêt de Saham Assurance pour le marché de l’assurance-vie et accélérer son développement sur ce segment. Pour l’instant, elle y réalise moins de 10% de son chiffre d’affaires. Cela ne semble pas déranger Crédit du Maroc, sachant que les primes émises dans le réseau bancaire sont majoritairement (90%) de l’assurance-vie. «Les gisements de croissance pour la banque se trouvent aussi dans le non-vie. Le choix d’un des leaders sur ce segment est aussi un moyen pour nous de développer des compétences sur ce segment»,  relève Karim Diouri, DGA marchés, métiers, digital et partenariats.
    A eux seuls, les contrats d’assurance auto représentent le tiers des primes du marché. Sauf que pour l’instant, les banques ne sont pas autorisées à commercialiser ce type de produits. «L’élargissement du périmètre aux polices dommages va donner un nouvel élan à la bancassurance», estime Nourredine Denoun, directeur général Crédit du Maroc Assurances.
    De façon générale, la prévoyance ou encore la retraite sont des sujets qui préoccupent de plus en plus les Marocains, ce qui laisse entrevoir un avenir prometteur pour l’assurance. «La demande se manifeste de plus en plus», constate Mohamed Kettani, membre du directoire de Crédit du Maroc. Aujourd’hui, moins de 10% de la clientèle de la banque est équipé en produits d’épargne retraite et éducation.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc