×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    E-learning: Les leçons d’un ténor

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:4912 Le 06/12/2016 | Partager
    Réduction des coûts et une plus large base d’apprenants, les grands avantages
    Surfer sur les nouvelles technologies pour capter la génération Y
    Entretien avec le directeur à l’international du groupe Cegos, leader mondial de la formation multimodale
    pascal_debordes_012.jpg

    Pour Pascal Debordes, directeur à l’international du groupe Cegos,  la digitalisation permet de doper la performance de l’investissement formation (Ph. PD)

    - L’Economiste: Comment se comporte le secteur du e-learning à l’international?
    -Pascal Debordes:
    C’est un secteur qui évolue rapidement. Sur le marché américain, selon les chiffres de l’ATD, 50% des investissements en 2015 ont été destinés à la formation présentielle, et autant pour la formation s’appuyant sur les nouvelles technologies. Les autres régions du monde sont en retard, mais avancent dans cette direction à des vitesses variant d’un pays à l’autre.

    - Le succès du e-learning dans le domaine de l’éducation reste limité au Maroc. Cela se vérifie-t-il aussi à l’international?
    - Ce n’est pas tout à fait vrai. Les universités ont lancé ces dernières années des initiatives importantes pour former à distance avec aujourd’hui des millions d’étudiants qui accèdent à des cours en ligne. Mais dans certains pays, l’éducation ne dispose pas encore des capacités d’investissement de la formation de l’entreprise.

    - Que peut offrir la digitalisation de la formation aux entreprises?
    - Tout d’abord, elle permet d’élargir l’accès à la formation en abaissant les coûts de déploiement. Ainsi, il est plus facile de donner à un grand nombre d’apprenants la possibilité de se connecter que de les déplacer pour prendre part à une formation. A cela s’ajoute la possibilité d’apporter de la flexibilité. Sans oublier qu’avec une solution digitale, on peut se former quand on veut et où l’on veut, à condition bien entendu d’avoir la possibilité d’accéder au réseau internet. La digitalisation permet aussi d’apporter la réponse qu’attendent les nouvelles générations pour qui les nouvelles technologies sont devenues incontournables, notamment pour l’information et la communication.  Selon plusieurs études récentes, près de 90% des entreprises sont conscientes que leur business sera impacté dans les prochaines années par les nouvelles technologies. Ce qui les oblige à adapter leur politique RH et notamment les compétences de leurs collaborateurs. On évoque également le départ quotidiennement à travers le monde des dizaines de milliers de «baby-boomers», ce qui nécessite d’anticiper leur relève et la formation de leurs remplaçants.

    - Le e-learning menace-t-il  la formation présentielle?
    - Certainement pas. La formation présentielle restera incontournable pour certains apprentissages ou pour développer certaines compétences. La digitalisation renforcera plutôt l’efficacité de la formation présentielle en préparant mieux les stagiaires en amont de la formation ou en les accompagnant plus efficacement après leur formation.

    Propos recueillis par
    Noureddine EL AISSI  

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc