×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Tanger/Emploi : Les grands groupes forment leurs recrues en interne

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:4912 Le 06/12/2016 | Partager
    Siemens et Snop, parmi les grandes unités à s’y mettre[scald=9359:sdl_editor_representation]
    Une formule qui marche, surtout dans le cas des nouveaux métiers
    Et pallier les insuffisances de l’enseignement et le manque de compétences
    tanger_emploi_012.jpg

    La School Blade de Siemens, un exemple d’effort pour former ses employés en interne (Ph. Adam)

    Inadéquation, manque de ressources qualifiées,... face au marché de l'emploi dans le nord, les patrons sont pour le moins que l'on puisse dire, dubitatifs. Depuis près de 20 ans, les opérateurs installés à Tanger ne cessent de se plaindre du manque de profils de cadres et même d’ouvriers. C’est le cas pour certaines unités de câblage automobile qui ont dû aller prospecter à Taza pour leurs usines tangéroises.
    Pour d’autres, la solution passe par la formation. C’est le cas de la multinationale Siemens. Pour son usine à pales de Tanger qui devra entrer en service dans quelques mois, l’opérateur a eu une approche radicalement différente dès le départ puisqu’il a opté pour une formation intégrale de l’ensemble de ses opérateurs. La raison est simple, selon Youssef Sbai directeur du centre de formation de l’Usine à pales de Siemens. «Il s’agit d’un métier très difficile qui n’existait pas auparavant au Maroc», indique ce dernier. Fabriquer une pale de 65 mètres de long, de plusieurs centaines de milliers d’euros et qui au moindre défaut est bonne pour la casse, n’est pas une mince affaire. Siemens est ainsi la première unité de fabrication de pales d’éolienne au Maroc et même dans l’ensemble du continent africain, à former des ouvriers «prêts à l’emploi» car trouver des expérimentés est de toute évidence impossible, selon Sbai qui intervenait dans le cadre des HR Days, forum international organisé par l’Agef Chamal qui tenait sa 4e édition à Tanger, le week-end dernier. D’où l’idée de se lancer dans la mise en place d’un centre de formation, «School Blade» comme on l’appelle chez le spécialiste des énergies renouvelables.
    Il s’agit d’un centre qui s’étend sur 3.000 m2 attenant à la future en cours de construction dans la Tanger Automotive City. Il a commencé ses travaux en septembre dernier. La formation est standardisée et divers modules sont prévus. Un premier de 2 semaines est prescrit pour tout le monde. Il s’agit d’une immersion dans la «Blade School» d’une durée de deux semaines. Elle est suivie d’un module de spécialisation qui vise à perfectionner les techniques et enfin d’une formation sur le site. Actuellement, cette formation est dispensée à Aalborg, au Danemark et qui est le siège de la plus grande usine du groupe Siemens pour la fabrication de pales d’éolienne.
    Actuellement, 143 personnes sont en cours de formation, dont 63 à l’étranger. La formation passe par l’apprentissage du métier, d’une solide base en santé et sécurité, mais aussi de l’anglais. Il s’agit en effet d’une impérieuse nécessité pour permettre d’optimiser la formation et de permettre un travail avec des équipes pluridisciplinaires de différents pays, note Sbai.
    L’usine devra employer à terme 700 employés. Et c’est d’ailleurs la disponibilité d’un bassin d’emploi jeune, motivé et qualifié qui a été l’une des raisons du choix de l’implantation au Maroc, selon Siemens, quitte à le former par ses propres moyens.
    Côté choix, il ne s’agit pas forcément de la solution la plus simple. La gestion de la formation mobilise tant bien que mal une équipe de 25 personnes entre le centre de Tanger et le Danemark, mais le résultat est là.
    Un autre exemple est celui de la société Snop, spécialiste de l’emboutissage. Cette dernière a mis en place un centre de formation d’outilleurs, un métier très demandé en partenariat avec l’Ofppt. Le centre devra dès juillet prochain sortir sa première promotion dont l’essentiel des lauréats sera recrutée chez l’emboutisseur.

    L’Agef Chamal assure

    La section tangéroise de l’Association nationale des gestionnaires et formateurs des ressources humaines, Agef Chamal, vient de tenir à Tanger la 4e édition de son Forum international sur l’emploi. Il a été dédié cette année à la compétitivité des entreprises dans le cadre de la régionalisation avancée.
    Il s’agit d’un forum dédié à l’emploi et qui se profile déjà comme un point de rencontre et de discussion des tendances de fond du marché local et régional. La croissance économique est un préalable indispensable à la création d’emplois et à la réduction de clivages entre régions, selon les organisateurs. Mais la création d’emplois de qualité est aussi vitale pour améliorer la productivité, atténuer les inégalités d’accès au marché de l’emploi et garantir une meilleure cohésion sociale, surtout dans la région du nord.
    Le forum se veut aussi un carrefour de recrutement et de formation où se donnent rendez-vous différents prestataires de services RH et de candidats à l’emploi. C’est, en plus, un espace d’exposition avec plus de 50 entreprises exposantes. L’Agef Chamal a été créée en 2004. Elle regroupe des professionnels de la gestion des ressources humaines de la place (directeurs, responsables et formateurs RH) qui se sont fixé comme mission la promotion, le développement et la valorisation de la fonction RH dans les entreprises implantées dans la région.

    De notre correspondant,
    Ali ABJIOU

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc