×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Commune de Rabat
    Plus d’un milliard de DH de budget en 2017

    Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:4870 Le 06/10/2016 | Partager
    Amélioration des recettes d’environ 17%, selon le maire
    Pour 2017, on prévoit un total de recettes de près de 945 millions de DH

    En pleine campagne électorale des élections législatives prévues pour le 7 octobre prochain, le conseil de la ville de Rabat s’est réuni, mardi dernier dans le cadre de la première réunion de la session d’octobre. Parmi les points de l’ordre du jour figure l’adoption du budget pour l’année 2017 programmée le 18 de ce mois. Mohamed Sadiki, maire de la ville, affiche sa satisfaction quant aux résultats obtenus en matière de gestion de budget. «Depuis notre arrivée, il y a presque une année, nous sommes arrivés à améliorer les recettes de la ville de près de 17%», indique-t-il.
    De gros efforts ont été consentis sur le recouvrement des recettes, ce qui a permis de rééquilibrer le budget et renforcer progressivement l’autonomie de la commune. Ce travail va se poursuivre en 2017 avec le lancement de l’opération de recensement des personnes fiscalisées non encore identifiées. Pour le projet de budget 2017, sur un total d’environ 1,170 milliard, il est prévu d'effectuer un volume de recettes proche de 945 millions de DH. Près de 45% de ces recettes proviennent des domaines des affaires techniques: taxe d’édilité, taxe sur bâtis non construits….Alors que la part du produit de la TVA est estimée à 106 millions de DH. Lahcen El Amrani, adjoint du maire de Rabat, souligne que les efforts seront focalisés pour augmenter la part des recettes propres de la commune dont le montant avoisine actuellement 220 millions de DH. Pour lui, cette amélioration des recettes s’impose pour permettre à la ville de faire face aux lourdes charges dont une partie héritée de l’ancien conseil. Sur ce volet, on rappelle les contrats de la gestion déléguée du service de la collecte des déchets qui absorbent près de 250 millions de DH par an, soit près de 25% du budget. A cela s’ajoutent les charges se rapportant aux contrats et marchés cadres pour une durée de trois ans. Sans oublier les dotations accordées aux arrondissements de Rabat dont le montant total va passer de 27 millions de DH en 2015 à près de 93 millions de DH au titre du budget 2017. Une augmentation qui a été instaurée par les dispositions de la nouvelle loi organique 113-14 sur les communes. Toujours dans le même registre, le responsable de la commune rappelle la suppression de la dotation annuelle de 50 millions de DH accordée auparavant par le ministère des Finances à la ville de Rabat à titre de compensation des prestations communales fournies à l’ensemble des administrations situées dans la capitale du pays: éclairage public, collecte des déchets… Enfin, on avance les frais du personnel qui absorbent près de 45% du budget de la commune.

    Reproches de l’opposition

    Face à cette satisfaction affichée par la majorité, les élus de l’opposition pointent du doigt sa gestion budgétaire. «Avec cette majorité, on enregistre un accroissement remarquable des déplacements à l’étranger du maire et de ses adjoints», constate Abdelfattah El Aouni, conseiller du PAM. Pour sa part Omar El Hayani, élu de la Fédération de la gauche démocratique (FGD) rappelle le transfert du budget dédié au social à l’achat de voitures pour les vice-présidents du maire. Le conseiller de la FGD, qui est membre de la commission des finances, constate une surestimation des recettes en vue de rééquilibrer le budget. Pour lui la direction actuelle n’a rien fait pour actualiser les tarifs dérisoires de location du patrimoine communal. Le même constat est valable pour certains anciens contrats comme ceux des panneaux d’affichage.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc