×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Mobilité urbaine
    Les villes se mettent au vert

    Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:4855 Le 14/09/2016 | Partager
    A l’instar de Marrakech, Agadir duplique l’expérience des vélos électriques en libre service
    La commune urbaine appelle à une mobilité moins énergivore
    L’effet de la COP22 s’intensifie

    La promotion d’une mobilité douce et durable constitue une priorité pour l’amélioration de la qualité de vie des citoyens. A la veille de la COP22 qui se tient en novembre prochain à Marrakech, les collectivités locales sont déterminées à relever le défi d’une mobilité moins énergivore et polluante. C’est dans cet objectif que la commune urbaine d’Agadir a organisé sa rencontre avec l’Association marocaine des éco-villes (AMEV) autour de la mobilité électrique et de ses enjeux en matière d’énergie alternative.
    L’AMEV considère la mobilité comme un sujet clé pouvant répondre aux défis actuels du pays, notamment le réchauffement climatique. C’est ainsi que la réunion à Agadir, pour envisager les meilleures solutions, y compris la mobilité électrique, constitue une opportunité pour la promotion et l’engagement des pouvoirs publics en faveur du développement urbain durable. C’était aussi l’occasion de prendre exemple sur d’autres expériences en la matière. Dans ce sens, une présentation a été faite du Programme de mobilité électrique à Barcelone, une ville classée première au monde en termes de réseau public de recharge électrique rapide par km2. La  2e expérience est celle de Marrakech qui a lancé plusieurs projets durables dont le premier projet de transport collectif électrique 100% propre.
    De beaux exemples pour la commune d’Agadir qui encourage l’usage du véhicule électrique en tant que mode de transport de référence et se place dans cette optique. «La commune urbaine d’Agadir (CUA) mène une comptabilité systématique et rigoureuse de ses consommations énergétiques à même de guider ses décisions en faveur de la maîtrise de l’énergie, des ressources en électricité, en eau et en carburants (et lubrifiants) et d’en calculer l’impact», explique Saleh Malouki, président de la CU d’Agadir. Il faut préciser que la commune est bien engagée dans les projets durables avec un plan de déplacement administratif (PDA) qui est en cours d’élaboration. De même qu’avec le premier projet pilote de 150 vélos électriques en libre service avec 15 stations. Cette première expérience est mise en place en coopération avec le privé. L’autre projet en cours d’élaboration est le Bus à haut niveau de service (BHNS) hybride (carburant et électrique).
    Pour rappel, parmi les pistes d’action qui seront suivies par la commune urbaine, la mise à disposition des vélos traditionnels et électriques pour les agents communaux, la rationalisation des lieux de travail et outils de réunion virtuelle... En plus de la promotion de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables et installation d’aménagement pour la mobilité douce.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc