×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Analyse

Immobilier
C’est le moment de renégocier votre crédit

Par Franck FAGNON | Edition N°:4847 Le 31/08/2016 | Partager
Les banques «prêtes à tout» pour les meilleurs profils
Le ralentissement du crédit entraîne une compétition féroce sur la clientèle des ménages
Ceux-ci ont compris et font de plus en plus jouer la concurrence
tendance_immobilier_047.jpg

Pour les meilleurs dossiers, les banques ont baissé les taux dans des proportions non négligeables. Globalement le taux moyen du marché s’est établi à 5,41% au deuxième trimestre. Ceux qui ont déjà acheté peuvent envisager une renégociation de leur crédit. Si votre banque ne veut pas vous écouter, faites alors jouer la concurrence

Décrocher un prêt immobilier à 5% devient courant. La tarification moyenne des crédits immobiliers au deuxième trimestre s’est établie à 5,41% selon l’enquête de Bank Al-Maghrib. Mais, chaque jour, la compétition entre les banques continue de tirer le loyer de l’argent vers le bas. «La plupart des banques ont baissé les taux pour leurs meilleurs clients. Ils sont entre 0,5 et 1 point en dessous de leur niveau par rapport à un ou deux ans», constate Yassine Lahlou, directeur général du courtier Meilleurtaux.ma. Le contexte est propice pour faire jouer la concurrence entre les banques et obtenir les conditions de financement les plus attractives pour l’achat d’un logement. Ceux qui sont déjà propriétaires pourront toujours renégocier leur prêt.

Des clients plus exigeants

Pour l’instant, peu de clients sautent le pas malgré quelques économies à réaliser. Mais, «les gens commencent à évaluer l’opportunité de renégocier leur crédit. C’est une tendance qui va s’accélérer les prochaines années», relève Lahlou.

immo_credit_047.jpg

La plupart des crédits à l’habitat sont souscrits à taux fixe. Avoir une traite stable sur toute la durée du crédit est rassurant pour les ménages. Cependant, les offres à taux variable ont évolué et certains établissements proposent des crédits immobiliers à taux capé. Cela a l’avantage de protéger le client contre les hausses excessives des taux d’intérêt

Après l’euphorie du milieu des années 2000, «le marché de l’immobilier rentre dans une phase nouvelle dans laquelle il y a un rééquilibrage des pouvoirs entre le promoteur, la banque, le client et même l’Etat», estime le directeur général de Meilleurtaux.ma. Il a fallu notamment passer par une crise dans le secteur immobilier.
 Les difficultés financières d’un certain nombre de promoteurs ont conduit à une baisse des prix des biens, même si les promoteurs se gardent de l’afficher. Cela dit, pour les professionnels, il faut nuancer ces évolutions. «Sur un marché comme Casablanca, les prix varient d’un quartier à l’autre et n’ont pas baissé dans les endroits où la demande est forte», relèvent les professionnels.
 Plus globalement, «quand l’offre est adaptée à la demande, les prix se maintiennent», enregistre le courtier Meilleurtaux.ma. En revanche, le constat général est que «les acquéreurs prennent plus de temps à se décider», note Ghali Chraibi, directeur général de CAFPI. Ils sont aussi plus exigeants sur les conditions de financement. «Il y a dix ans, le client était satisfait quand il arrivait à obtenir le crédit. Aujourd’hui, il est plus difficile et plus négociateur», constate Lahlou.
Autrement dit, les clients gagnent en maturité et prennent de plus en plus conscience de leur valeur aux yeux des banques, surtout dans le contexte de croissance molle du crédit. Les banques ont redoublé d’agressivité sur la clientèle des ménages, là où la demande s’exprime le plus.
La bagarre se justifie aussi par des considérations plus stratégiques. «Les banques ont pris conscience que le meilleur moyen de garder un client longtemps est de l’équiper en crédit immobilier», relève Lahlou. C’est le même son de cloche chez Chraibi: «C’est le meilleur levier d’acquisition d’un client pour une banque».
Les crédits immobiliers engagent les souscripteurs sur des durées allant jusqu’à 25 ans. La banque a donc le temps de construire une relation durable et d’équiper plus facilement le client d’autres produits.

Carte de visite

CAFPI et Meilleurtaux.ma sont parmi les principaux courtiers en crédit immobilier sur le marché. Né d’une joint-venture entre le courtier français Meilleurtaux.com  et LC2FL, la société d’investissement de Yassine Lahlou, Meilleurtaux.ma est véritablement opérationnel depuis le début de l’année.
CAFPI, lui, est installé depuis cinq ans et a intermédié plus de 1 milliard de DH de crédits dont 300 millions de DH depuis le début de l’année. Pour son concurrent, les volumes intermédiés depuis janvier s’élèvent à 80 millions de DH. Ces montants restent relativement faibles comparés à une production moyenne annuelle de 26 milliards de DH de crédits à l’habitat sur les cinq dernières années. Mais le rôle des courtiers devrait prendre de l’ampleur avec la maturation du marché.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc