×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Vous êtes 112.291 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 136.119 articles (chiffres relevés le 25/5 sur google analytics)
eleconomiste
Entreprises

Stareo s'enfonce dans la crise

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:4841 Le 23/08/2016 | Partager
Le concessionnaire du transport urbain à Rabat au bord du gouffre
Les difficultés financières impactent l’entretien des bus
Les scénarios avancés pour un système intégré bus-tramway
stareo_041.jpg

Les pannes des bus de la société Stareo sont devenues récurrentes.  Ce qui renseigne sur l’aggravation de la crise qui touche cette entreprise depuis plusieurs années (Ph. NEA)

Les fortes chaleurs de cet été ont mis à nu l’état dégradé dans lequel se trouve une grande partie des bus de Stareo, société assurant la gestion déléguée du transport urbain au niveau de l’agglomération de Rabat. Les pannes des bus sont devenues fréquentes ces derniers temps, ce qui a aggravé davantage  la qualité du transport en commun. Face à cette défaillance, les Rbatis se trouvent dans l’obligation de se rabattre sur le transport informel. Pour la direction de Stareo, le manque de ressources financières impacte négativement l’opération d’entretien des bus. Les recettes dégagées restent insuffisantes à cause notamment de l’accroissement des passagers fraudeurs avec une réticence  pour l’application des  révisions des tarifs. Le prix du ticket (soit 4,5 DH) reste largement inférieur au coût réel de la prestation estimé à plus de 7 DH. «Il s’agit d’un secteur déficitaire subventionné par la collectivité dans la majorité des pays avec une participation entre 40 et 60% du prix du ticket», précise un responsable de Stareo. Ce dernier rappelle également le retard pris dans le versement des subventions des communes bénéficiaires de la prestation de Stareo pour un total de 27 millions de DH pour cette année et un reliquat de 12 millions au titre de 2015. Les responsables de Stareo soulèvent aussi le problème de vandalisme et de la casse des vitres des bus qui font la cible de jets de pierres d’un moment à un autre. Une situation qui ne favorise pas le redressement de la situation financière laquelle affiche un déficit mensuel dépassant les 12 millions de DH. «Mais la société souffre également de problème de mauvaise gestion», constate une source proche du dossier. Comment une société qui se trouve dans une telle situation continue à alourdir ses charges par les frais de location de plusieurs véhicules au profit de ses cadres? s’interroge la même source. L’on pointe aussi du doigt le laxisme enregistré  au niveau de la maîtrise des dépenses de fonctionnement: pièces de rechange, gasoil… Tous les responsables, à différents niveaux (ministère, wilaya, commune), sont convaincus de l’urgence de  trouver une solution à la crise de Stareo qui continue à engloutir des budgets énormes pour un service de mauvaise qualité. Le premier enseignement tiré de cette expérience est que l’exploitation des bus devrait être confiée à un professionnel privé avec un cahier des charges détaillé et précis en termes de droits et obligations. «L’approche adoptée actuellement pour les bus constitue une gabegie des finances publiques», constate un responsable de la ville. Pour étayer son jugement, il rappelle  qu’auparavant, du temps du système de la concession des lignes, les opérateurs privés assuraient le transport à leur charge en réglant en plus une redevance au profit de la commune, alors qu’actuellement tout est supporté par la collectivité avec un service médiocre! Selon les responsables de la ville, tous les efforts seront déployés pour lancer courant 2017 l’appel d’offres pour la sélection d’un opérateur privé pour gérer le volet exploitation du réseau des bus. Alors que le patrimoine (terrain, parc…) restera entre les mains de la société Stareo dans la perspective de la création à moyen terme d’une société de patrimoine qui pourra intégrer également celui du réseau du tramway de Rabat-Salé. «Une fois la mise à niveau et l’amélioration du fonctionnement du réseau des bus opérées, l’on peut donc passer à l’intégration entre le système de transport de bus et celui du tram avec un ticket unique», avance un responsable de la ville. Déjà pour les bus, l’on projette de commencer par la mise en place d’un système informatisé de billetterie qui sera assuré par le conducteur. Le passage à ce système nécessite de trouver une solution pour près de 700 receveurs qui vont se trouver sans fonction, avance une source de Stareo. Sur ce registre, ce dernier signale la possibilité de négocier avec cette catégorie un départ volontaire avec indemnisation. Ce qui va permettre de soulager le budget de la société de près de 50 millions de DH de charge salariale annuelle.
Si Rabat est en passe de réussir sa mise à niveau urbaine à travers le programme intégré «Rabat ville lumière», il s’impose de la doter d’un système de transport urbain digne de son statut de capitale du Royaume.

Le modèle du tramway

Avec plus de 100.000 voyageurs par jour, le tramway contribue à alléger l’impact de la crise du transport urbain au niveau de l’agglomération Rabat-Salé, notamment pour la catégorie des étudiants et des fonctionnaires. Le modèle de fonctionnement permet une amélioration progressive des recettes. Ce qui assure la couverture des charges d’exploitation  du réseau. Le projet d’extension du réseau est sur la bonne voie. Les premiers travaux de déviations des réseaux (eau, électricité…) seront entamés incessamment.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc