×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Venezuela: Nicolas Maduro poussé vers la sortie!

    Par Jazia EL HAMMARI | Edition N°:4827 Le 03/08/2016 | Partager
    La 1re étape du processus du référendum de destitution validée
    Le président essaie de jouer la montre sans succès
    nicolas_maduro_027.jpg

    Les étapes avant le référendum révocatoire de l’actuel président vénézuélien, Nicolas Maduro

    C'est dans un contexte de chaos économique que le projet de destitution de Nicolas Maduro, président du Venezuela, est en train de prendre forme. Pour l’opposition, une première phase vient d’être validée et tout porte à croire que le processus est sur la bonne voie. Le Conseil national électoral (CNE) a confirmé le projet de référendum pour ouvrir la procédure.
    Depuis la chute des cours du pétrole, l’économie vénézuélienne régresse et il en va de même pour la popularité du président qui a succédé à Hugo Chavez en 2013. Avec de plus en plus de pénuries, alimentaire entre autres, la nation fait face à une crise inexpliquée pour le peuple. En effet, 4e producteur mondial de pétrole, le doute plane sur l’économie du pays, ce qui contribue à une vague de protestations et manifestations anti-Maduro. Un schéma classique pour beaucoup de pays pétroliers. A noter que le Venezuela reste un soutien zélé du Polisario.  C’est alors qu’en 2016, l’unité démocratique (MUD), une coalition politique allant du centre à l’extrême droite, prend l’initiative de déposer une pétition de 2 millions de signatures afin d’organiser un référendum révocatoire. Un référendum qui prendra du temps car c’est ce que prescrit la Constitution de 1999 adoptée sous Chavez. Les électeurs ont le pouvoir de destituer par référendum leur président, à mi-mandat, et à la seule condition que le Conseil national électoral valide toutes les étapes relatives à ce projet. Et celui-ci commence par le rassemblement des signatures d’au moins 200.000 électeurs de l’opposition favorables au référendum. Après vérification des signatures en juin, le conseil a validé lundi quelque 400.000 signatures. Les anti-Maduro ont maintenant trois jours pour mobiliser 20% de l’électorat total, soit près de 4 millions de signataires pour pouvoir aspirer au lancement du référendum. Suite à cela, il faudra, pour révoquer le président actuel, que  le «oui» dépasse le suffrage qu’il a obtenu lors de son élection en  2013, soit 7,5 millions de voix. Les chefs de file de l’opposition souhaiteraient un référendum pour le 10 janvier 2017, date anniversaire des quatre années de mandat de Chavez, mandat de six ans qui devait être complété par Maduro. Un vœu de l’opposition afin de minimiser les chances de garder le parti socialiste au pouvoir car, dans ce cas, le Venezuela organisera une nouvelle élection présidentielle. Si cette date n’est pas respectée, le référendum aboutira seulement au remplacement de Maduro par son vice-président, Aristobulo Isturiz, du même parti, jusqu’à la fin du mandat en 2019. Ce qui ne changerait rien pour l’opposition.

     

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc