×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Tourisme
    Espagne et Portugal, deux valeurs «refuges»

    Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4827 Le 03/08/2016 | Partager
    La crainte d’attentats pèse sur le secteur en France
    Chute de 40% des arrivées en Turquie
    toursime_europe_027.jpg

    Le président français François Hollande a défendu les décisions de l’exécutif pour adapter le dispositif antiterroriste à la période estivale. Il a souligné prendre ainsi toutes les dispositions pour assurer autant que possible la protection des Français et des touristes (Ph. AFP)

    En dépit des attentats et de la crise turque, les vacanciers ont décidé de maintenir leur programme. Les tour-opérateurs comptent sur la période estivale pour remonter la pente. En attendant le retour de la confiance, la crise du tourisme est palpable en France mais aussi en Turquie. En parallèle, l’Espagne et le Portugal restent des destinations touristiques privilégiées.

    ■ Un été maussade en France
    Secoué par les attentats de novembre à Paris, le tourisme international en France a de nouveau accusé le coup après la tuerie sur la promenade des Anglais à Nice le 14 juillet dernier. Pour les professionnels du secteur, la prolongation de l’état d’urgence n’arrange pas les choses. L’attentat de Nice a entraîné une baisse du taux d’occupation de 5 à 10% dans la ville et sur la côte d’Azur (jusqu’au 22 juillet). Il faudrait s’attendre aussi à une baisse de 20% dans l’hôtellerie sur Paris. Depuis le mois de janvier, le RevPAR (Revenu par chambre disponible) des hôtels parisiens continue de baisser pour atteindre -13,6%, contre -7,7% dans le reste de l’Île-de-France, selon les chiffres à fin mai 2016 de l’Umih (Union des métiers et des industries de l’hôtellerie) et de MKG Group. Les arrivées par avion de touristes ont aussi enregistré une chute. Le retard des réservations constaté en mai dernier par les TO français laissait présager des baisses en Turquie, en Tunisie et au Maroc (cf. notre édition N°4821, le 26/07/2016). En juin dernier, les premières tendances pour la saison estivale affichaient un recul de 37,6% pour le Maroc. Tout en gardant espoir, l’industrie touristique française compte sur le mois d’août pour rattraper les pertes.

    ■ Chute du tourisme en Turquie de 40% en juin
    Les arrivées de touristes étrangers ont chuté de 40% en Turquie en juin par rapport au même mois de l’an dernier, à leur plus bas niveau cette année. Ceci en raison des attentats et de la brouille avec la Russie. L’impact de l’attentat à l’aéroport Atatürk d’Istanbul le 28 juin et le coup d’Etat raté du 15 juillet devraient se faire sentir sur les statistiques du mois de juillet. Ce mois est traditionnellement un mois de haute saison touristique pour un secteur qui a engrangé 31,5 milliards d’euros de revenus l’an dernier. Quelque 2,43 millions d’étrangers ont visité en juin la Turquie, en baisse de 40,86% par rapport à juin 2015. Les arrivées de touristes russes se sont effondrées de 93% en juin en raison du différend diplomatique entre les deux pays, qui viennent juste de se réconcilier. A noter que la tentative de coup d’Etat a coûté à l’économie turque près de 90 milliards d’euros et conduit à l’annulation d’un million de réservations touristiques.

    ■ Bruxelles: Les touristes belges sauvent la mise
    Les attractions et musées bruxellois ont perdu environ 40% de touristes étrangers au mois de juillet par rapport aux chiffres de fréquentation habituels, d’après les chiffres collectés par Attractions & tourisme, l’association professionnelle des attractions touristiques et musées de Wallonie-Bruxelles, rapportés sur le site http://deredactie.be/. Globalement, les pertes sont limitées à environ 25% grâce à une présence accrue de visiteurs belges. Du 27 juin au 24 juillet, les hôtels bruxellois ont enregistré un taux d’occupation de 62%, soit une baisse de 18% par rapport à 2015, selon les chiffres temporaires communiqués par visit.brussels, l’agence bruxelloise du tourisme. Juste après les attentats du 22 mars, la chute avoisinait les 50%.

    ■ Espagne: 32,8 millions de touristes en 6 mois
    Sur les six premiers mois de l’année, l’Espagne a accueilli 32,8 millions de visiteurs étrangers (plus de 3 fois le volume annuel du Maroc), soit un bond de fréquentation de 11,7% sur un an. Les Britanniques ont été les plus nombreux à se rendre dans le pays, selon l’Office national de la statistique (Ine). Ils ont été 7,95 millions à s’y rendre, 16,5% de plus que sur la même période de 2015. Ils ont été suivis par les Allemands et les Français. Les régions les plus prisées ont été la Catalogne, avec la ville très touristique de Barcelone et ses plages. Elle a reçu 7,66 millions de visiteurs étrangers, en hausse de 4,9% sur un an. Elle est suivie par les îles Canaries et l’archipel des Baléares, selon l’Ine. L’Espagne a accueilli 68,1 millions de touristes étrangers en 2015 et s’attend à connaître un nouveau record en 2016. La désertion de la Turquie, mais aussi de la Tunisie et de l’Egypte par les touristes devrait avoir pour conséquence l’arrivée de 3,7 millions de personnes en plus en Espagne cette année, selon les calculs de la fédération patronale espagnole Exceltur. A noter que le Portugal est aussi très prisé. Le pays a battu en 2015 un record en accueillant 10,2 millions de touristes étrangers, en hausse de 9,7% et devrait poursuivre sur cette lancée. Par contre, la Grèce est délaissée (-20% cet été).

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc