×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Faux billets: Les Marocains, petits joueurs

    Par Amine BOUSHABA | Edition N°:4827 Le 03/08/2016 | Partager
    1,3 million de DH en circulation en 2015
    La coupure de 200 DH reste la plus contrefaite
    Les garde-fous de BAM[scald=5154:sdl_editor_representation]
    faux_billets_027.jpg

    Le taux de faux billets de banque  par million de billets en circulation reste beaucoup plus faible en comparaison avec d’autres pays

    Les Marocains ne sont pas de grands faussaires. En tout cas, en ce qui concerne les billets de banques. Seul 1,3 million de dirhams de faux billets était en circulation en 2015, selon le dernier rapport annuel de Bank Al Maghrib. Ce qui fait quelque 10.919 billets avec une prédominance pour les billets bleus (200 DH) qui sont de loin les plus falsifiés. Ils représentent  44% du total des faux billets. Cela est-il dû à leur valeur marchande? Pas si sûr, puisque c’est le billet de 20 DH qui vient en deuxième place (29%), suivi de celui de 100 dirhams (26%) et enfin la coupure de 50 dirhams (1%).
    Un taux de contrefaçon très faible, 8 billets de banque faux par million de billets en circulation (BPM),  en comparaison au seuil d’alerte fixé par la Banque Centrale qui lui est de 20. Il reste également très inférieur aux taux constatés à l’échelle internationale: 27 BPM pour l’Union Européenne, 39 BPM pour le Royaume-Uni, 61 pour le Mexique.
    La banque centrale attribue cette «performance» aux dispositions mises en place notamment  la «Clean Note Policy» qui consiste  en une meilleure qualité des billets émis, et au renforcement du contrôle sur place des agences bancaires. BAM vérifie, en effet,  qu’elles sont équipées du matériel nécessaire et surtout que l’authentification des billets se fait systématiquement dès leur réception. La banque centrale s’autorise d’ailleurs des tests d’aptitude des équipements utilisés pour l’authentification des billets, ajoutez à cela les efforts des autorités marocaines dans la répression du faux monnayage, précise BAM dans son rapport.

    faux_billets_2_027.jpg

    Le billet bleu de l’édition 2002 reste le préféré des contrefacteurs

    Mais il faut dire également que nos contrefacteurs ne sont pas des génies. Point  de grosses affaires, à l’instar du procès de «la plus grosse fabrique» ouvert en France en juin dernier, où un tandem de sexagénaires était accusé d’avoir arrosé le pays de faux billets. Une entreprise clandestine qui a généré quelque 327.000 faux billets pour une valeur faciale de 10 millions d’euros. Pas de mafia napolitaine, non plus, spécialiste de ce genre d’escroqueries, mais plutôt des artisans qui s’appuient encore sur l’utilisation d’imprimantes et  de photocopieurs couleurs.
    Cependant, certaines séries de billets sont plus faciles à contrefaire que d’autres. Ceux émis en 2002 sont les plus prisés par les faussaires: 56%, suivis des billets de série 1987 (38%) et finalement ceux de la série 2012 avec seulement 6%. Ce qui indique le renforcement du système de sécurité contre la falsification. En effet le taux de contrefaçon n’a pas été toujours aussi bas, même s’il n’a jamais atteint le niveau d’alerte de BAM. En effet, en 2007, le BPM était de 15 et le nombre de faux billets de 200 DH a augmenté de 35 %. Ce qui a décidé la Banque centrale à émettre une nouvelle série de billets au système de sécurité plus performant. A titre d’exemple, le fil de sécurité de la coupure de 200 dirhams édition 2013 est identique à celui du billet américain de 100 dollars de la même année.
    Malheureusement, c’est l’édition de 2002 du même billet qui reste la plus présente dans le marché. Cette série a représenté 71% des billets en circulation à fin décembre 2015. La nouvelle série, mise en circulation en 2013, a représenté plus de 25% du nombre total des coupures en circulation, tandis que la série 1987 en a constitué 4% uniquement.
    Le billet bleu reste d’ailleurs le plus prisé des Marocains puisque la coupure de 200 DH  constitue la moitié de la circulation fiduciaire, suivie des billets de 100 dirhams et de 20 dirhams, alors que les 50 dirhams n’en ont constitué que 4%.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc