×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Le pompage introduit pour la pêche côtière

    Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:4827 Le 03/08/2016 | Partager
    Un procédé écologique, économe et conservant la qualité du poisson
    De 5 heures à près de 30 minutes pour pêcher le même volume
    Un levier stratégique dans le programme Ibhar
    peche_cotiere_027.jpg

    L’équipement de la flotte de la pêche côtière permettrait de rehausser la qualité du produit de la pêche nationale (port de pêche de Dakhla)
    (Ph. SB)

    C’est un procédé de pêche innovant qui promet de révolutionner la pêche côtière au Maroc. Il s’agit de la technique de pêche par pompage, présentée aux professionnels de la pêche côtière et de l’industrie de poisson lors d’une rencontre qui s’est déroulée à Dakhla, le 29 juillet. Sous le thème «Apport technologique pour la modernisation de la pêche côtière», cette journée a été organisée par l’Association des industriels des produits de la mer Oued Dahab.
    A l’initiative de cette opération, la société Frigo Adnane, opérant dans la conserverie de poisson et en phase de développer un grand projet de conserverie à Laâyoune. «L’introduction du procédé de pompage a été réalisée au départ dans une optique commerciale. C’est une méthode qui permet d’obtenir la qualité nécessaire pour accéder aux marchés internationaux», explique Adil Abdou Simo, directeur de la société Frigo Adnane. En effet, le poisson issu de la pêche artisanale par filet perd de sa valeur commerciale à cause de l’altération du produit final. Le décaillage du poisson se fait par deux procédés: le tambour rotatif et le bullage. Or, entre l’opération de pêche au filet et celle d’écaillage, la chair du poisson est altérée et sa qualité, in fine, est affectée.
    Chose qui dévalorise le poisson marocain face à la concurrence. Pour remédier à cet inconvénient, la société a expérimenté pendant 6 mois le procédé de pompage, en partenariat avec un fabricant sud-africain, sur un bateau de pêche côtière. Le résultat est plus que probant, indique le management de l’entreprise. Le pompage réduit ainsi considérablement la manipulation et permet l’obtention d’une meilleure qualité, particulièrement pour les variétés sardine, chinchard et sardinelle.
    Un gain de temps considérable est réalisé en passant de 5 heures à pratiquement 30 minutes pour pêcher le même volume de poisson. Cette rapidité dans la prise, est-il précisé,  garantit une meilleure fraîcheur du poissons remonté, et réduit considérablement les pertes liées aux procédés classiques de remontage. Aujourd’hui, 9 pompes sont en cours d’installation et seront opérationnelles d’ici septembre. Ce sont les industriels conserveurs qui se chargent d’équiper les bateaux de pêche étant donné qu’une pompe sur un bateau de pêche coûterait 500.000 dirhams. Avec la possibilité d’introduire le pompage dans le cadre de Ibhar, le programme de mise à niveau et de modernisation des flottes côtière et artisanale, il serait possible de minimiser le coût. «L’enjeu commercial est tellement important pour le secteur de la pêche marocain que le procédé mérite d’être considéré sérieusement comme levier de mise en valeur de la pêche côtière», ajoute Adil Abdou Simo.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc