Competences & rh

L’ENSEM sort sa «promotion Fiat»

Par Ahlam NAZIH | Edition N°:5325 Le 31/07/2018 | Partager
n L’Ecole d’ingénieurs s’appuie sur ses partenaires industriels
Formation, stages, challenges, R&D… Une collaboration poussée
Une voiture hybride en projet
ensem.jpg
La «promotion Fiat» compte 218 lauréats, spécialisés dans une dizaine de filières. Les majors ont reçu des prix des mains des personnalités présentes à la cérémonie, dont le ministre de l’Education nationale, Saaïd Amzazi, le conseiller du Roi, André Azoulay, et le PDG de FCA Maroc, Francesco Monaco (Source: Ensem)

«L’Ensem incarne l’exemple type de l’école d’ingénieurs que nous souhaitons voir se multiplier au Maroc». C’est en ces termes que le ministre de l’Education nationale, Saaïd Amzazi, a démarré son discours mercredi dernier, au MotorVillage de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) à Casablanca. Il prenait part à la cérémonie de remise des diplômes de la 29e promotion d’ingénieurs de l’Ecole nationale supérieure d’électricité et de mécanique (Ensem). Une promotion de 218 ingénieurs, parrainée par le constructeur automobile italien, partenaire de l’école depuis maintenant cinq ans. Plusieurs personnalités ont pris part à l’évènement, dont le conseiller du Roi, André Azoulay, l’ambassadeur d’Italie, Barbara Bregato, le président de l’université Hassan II, Driss Mansouri, ou encore, la directrice de la marine marchande, Amane Fethallah. 
Recrutement de lauréats, stages, projets de fin d’études, sponsoring d’évènements, travaux pratiques, formation continue de techniciens FCA à l’école, compétitions… La collaboration entre les deux partenaires englobe plusieurs aspects. A partir de la rentrée, il sera question de démarrer un projet commun de recherche autour d’une voiture hybride.
Cela fait quelques années que l’Ensem a commencé à tisser des liens solides avec les groupes industriels et le monde économique. OCP, Safran, Altran, Huawei, Cosumar, Centrelec, Vivo Energy, l’ONEE… font partie de son portefeuille de partenaires. Cette proximité lui permet de mieux orienter ses cursus, d’assurer des débouchés à ses lauréats, mais également de financer ses projets. C’est d’ailleurs, en grande partie, grâce à des opérateurs économiques que l’école a pu monter le Centre de R&D et d’innovation en sciences de l’ingénieur de Casablanca, le premier du genre en Afrique. Il est géré par une fondation et présidé par André Azoulay.
Automobile, aéronautique, impression 3D et prototypage, sécurité informatique… le centre couvre plusieurs secteurs. Des projets ambitieux y seront développés: Drones, sous-marin, smart city, bus électrique…
Durant l’année écoulée, l’Ensem a nettement amélioré sa production scientifique, avec 100 articles publiés dans des revues indexées, 5 livres de recherche édités, 30 thèses de doctorats et 11 habilitations universitaires. Toutefois, à l’instar de la majorité des établissements supérieurs publics, l’école souffre d’un déficit cruel en profs, qui risque de s’accentuer, sachant que 30% de ses enseignants-chercheurs partent bientôt à la retraite. Elle manque également de cadres administratifs.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc