Entreprises

Un incubateur privé qui intéresse les grands

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5087 Le 16/08/2017 | Partager
L’Emerging Business Factory approchée par Air France
Une convention de partenariat et sponsoring signée
Billets d’avion, événements, visibilité, formations… les termes du contrat
incubateur-087.gif

Aux côtés du co-fondateur d’EBF Taoufik Aboudia (en blanc), les représentants d’Air France ont posé leurs voiles dans les locaux de l’incubateur. Ce programme de support à l'innovation en Afrique profite essentiellement aux résidents et start-uppers d’EBF pour plus de visibilité et des facilités de mobilité et de développement  (Ph. EBF)

Sans trop de bruit, le premier co-working space privé de Marrakech grandit. Il faut dire que toutes les cartes sont là pour attirer le succès. Un créneau porteur: le digital. Une cible: la start-up. Et deux mots d’ordre: l’innovation et la qualité. Une feuille de route que le co-fondateur, Taoufik Aboudia, surveille comme le lait sur le feu. Créée fin 2015, l’Emerging Business Factory (EBF), installée dans une ancienne usine de textile du quartier industriel de Sidi Ghanem, surfe sur la vague des IT et des médias.

Un projet inédit dans la région. Il n’en fallait pas moins à Air France (AF) pour flairer l’opportunité. La compagnie aérienne française s’est elle-même rapprochée de l’incubateur. Résultat: une convention de partenariat et de sponsoring est signée, faisant d’AF le partenaire aérien exclusif. «Pour 2018, explique Aboudia, un budget nous sera proprement alloué avec un nombre de billets plus important et l’organisation d’événements et de sessions de formation continue sur l’entrepreneuriat digital, la croissance, le marketing digital... Une première master class est d’ailleurs programmée pour le dernier trimestre 2017, destinée aux marketing managers des grands hôtels».

Ce rapprochement permet à Air France de coller à ses ambitions d’innover localement sur le territoire marocain dans les secteurs du transport et du tourisme. La compagnie aérienne, via son Welcome City Lab, étant engagée auprès des entrepreneurs en France comme à l’étranger.

Pour autant, le co-fondateur, qui dirige également l’agence Web Pick, spécialisée dans la création de supports numériques dédiés aux grands médias, déplore le manque d’intérêt et de réaction des acteurs locaux. «J’ai un peu de mal avec le fait que ce soit Air France et non la Royal Air Maroc qui soit notre partenaire, mais c’est un fait, nous n’avons aucun soutien de l’état marocain» déplore-t-il. Encore un succès qui trouve plus de résonance hors frontières… Tout comme récemment, quand l’incubateur marrakchi a eu la visite de représentants de la Banque mondiale (BM).

«Ils ont entendu parler de nous et sont venus nous consulter sur la façon de mesurer en macro l’impact de leurs opérations au Maroc». Si Taoufik Aboudia est la partie «visible» de l’EBF, derrière ce prolifique incubateur, il y a aussi le serial entrepreneur et investisseur du digital, Pascal Chevalier. Co-fondateur du 50Partners à Paris, il est l’actuel fondateur et PDG du Reworld Media Group, rapidement installé sur le podium des médias numériques en Europe. Une prometteuse filiation donc.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc