Régions

Transport aérien: Fès désenclavée grâce à l’ONMT

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5046 Le 15/06/2017 | Partager
14 nouvelles dessertes depuis le 14 juin
Bordeaux, Rome, Amsterdam, Londres…
Air Arabia installe sa base aérienne à Fès-Saïss
transport-aerien-fes-lonmt-046.jpg

Un «gros» contrat co-marketing est acté entre l’ONMT et la compagnie aérienne Air Arabia. Celle-ci a lancé, en partenariat avec l’Office, 14 nouvelles dessertes entre Fès et les principales villes européennes. Le vol Amsterdam-Fès est arrivé, hier, vers 13h30 (Ph. YSA)

Le plan d’actions de l’Office national marocain du tourisme (ONMT) pour la ville de Fès est en marche. Depuis mercredi 14 juin, la capitale spirituelle est connectée à la ville d’Amsterdam (Hollande). Les passagers du vol inaugural arrivé, hier, vers 13h30 ont eu droit à une réception grandiose. Le mérite revient à des vols assurés par la compagnie aérienne Air Arabia.

Partenaire de choix de l’ONMT, cette dernière va désenclaver Fès, en la reliant aux principales capitales européennes. Ainsi, à partir de ce 15 juin, 14 nouvelles dessertes seront lancées. Les nouvelles liaisons concernent Lyon, Strasbourg, Bordeaux, Rome, Amsterdam, Londres et Barcelone.

Parallèlement à ces dessertes, Air Arabia lancera également trois fréquences hebdomadaires entre Fès et Marrakech. Ce vol interne permettra de diversifier les marchés ciblés et formaliser des produits combinés culturels innovants. Pour rappel, la compagnie veut installer une base aérienne au niveau de l’aéroport Fès-Saïss avec des avions dédiés.

Ce qui devrait assurer un réel désenclavement pour la destination. En nombre de voyageurs, le futur hub aérien dotera la capitale spirituelle de 126.000 sièges additionnels. Lancés à des prix d’accroche (parfois à 49 euros), ces vols devront booster le tourisme au niveau de la destination. «Nous mettrons à la disposition de la région deux appareils l’été 2018 et créerons de nouvelles dessertes au départ de Fès, en plus de 1.000 emplois dont 200 directs», disaient les responsables d’Air Arabia, lors d’une rencontre tenue au sein de la wilaya.

En présence des dirigeants du Conseil régional du tourisme, ces derniers avaient noté que l’engagement de leur compagnie nécessite un appui de l’ONMT dans le cadre d’un contrat co-marketing, mais également une subvention de la part des collectivités locales. En fait, pour ce type de contrat, le département d’Abderrafie Zouitene prend en charge des opérations promotionnelles et autres au profit des compagnies low cost. Ainsi, pour Amsterdam, à titre d’exemple, le lancement du vol Fès est accompagné par une grande action promotionnelle.

«Un documentaire sur le tourisme écologique sur “le jardin extraordinaire” d’Ifrane vient d’être réalisé et le tram d’Amsterdam sera habillé aux couleurs de Fès… à des prix d’accroche de 49 euros», indique Taybi Khettab, le délégué de l’ONMT pour le Benelux.

En outre, la compagnie Air Arabia mettra progressivement deux avions de type A 320 à la disposition de sa nouvelle base aérienne à Fès. De 3 fréquences hebdomadaires, la compagnie passera à 31 fréquences en 2018, soit 10 fois qu’aujourd’hui. Il en est de même pour le nombre de voyageurs qui devrait grimper de 54.000 à plus de 500.000 dans deux ans. En fait, grâce à l’installation de son futur hub aérien, le transporteur devrait atteindre une capacité annuelle (aller-retour) de 560.000 sièges.

Pour les remplir, il propose de nouvelles routes aériennes reliant Fès à Paris, Bordeaux, Milan, Rome, Cologne, Bruxelles, Istanbul, Strasbourg, Lyon, Londres et Barcelone, en plus du renforcement des liaisons qui existent déjà avec Toulouse et Montpellier. Par ailleurs, la compagnie lancera, à partir de ce mois de juin, des connexions régionales entre Fès et Marrakech (3 vols hebdomadaires) et Fès et Agadir (2 vols par semaine).

Quelque 90.480 sièges seront réservés à ces vols domestiques. «Ces nouvelles dessertes créeront une véritable dynamique au niveau de la région… elles devront ramener une clientèle qui, faute de ligne point à point, préfère d’autres destinations», souligne Driss Faceh, président du CRT.

Applaudie à l’unanimité par les professionnels du tourisme,  la création de dessertes aériennes avec la ville ocre et la capitale du Souss séduirait une clientèle qui veut profiter du balnéaire à Agadir, l’ambiance festive de Marrakech, et le musée vivant de Fès. Ces nouvelles liaisons boosteraient également le trafic aérien au niveau de l’aéroport Fès-Saïss.

Signalons enfin que les professionnels réclament une liaison directe «Fès-Dakar», en collaboration avec l’ONMT. Le tarif de celle-ci ne devrait pas excéder les 2.000 DH. D’autant plus que leur destination est de plus en plus prisée des pèlerins tijanes. Une clientèle estimée à plus de 350 millions d’adeptes en Afrique.

Le marché chinois explose

Depuis l’annulation des visas pour les touristes chinois, ce marché a le vent en poupe. «Il explose», renchérit Driss Faceh. Pour sa part, Abderrafie Zouitene, DG de l’ONMT, a noté que «l’Office reçoit une délégation composée de 50 décideurs et de journalistes de Chine. La délégation chinoise découvrira lors de son périple les atouts touristiques des villes de Casablanca, Rabat, Marrakech, Tanger, Chefchaouen et Fès avec sa médina et monuments récemment restaurés». Le but étant de prescrire la destination Maroc aux touristes chinois. D’autres opérations similaires seront organisées au profit d’éductours anglais, américains, hollandais, belges et autres. «Notre objectif est de promouvoir la destination Maroc et ses multiples facettes», conclut Zouitene.

De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc