Habillage_leco
Economie

100 jours du gouvernement: Focus sur les investissements

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5017 Le 05/05/2017 | Partager
Réunion de la Commission nationale pour valider des projets de 63 milliards de DH
Consultation de la CGEM et du secteur bancaire pour la refonte de la Charte
La fusion des agences d’attractivité et de promotion des exportations, aussi parmi les priorités
el_othmani_100_jours_017.jpg

La tenue de la 1re réunion sous son mandat de la Commission nationale des investissements, jeudi à Rabat, constitue l’une des priorités des 100 premiers jours de l’équipe El Othmani. Les critères d’évaluation des projets examinés par cette instance devront être revus dans le cadre de la refonte de la Charte d’investissement (Ph. Bziouat)

Les opérateurs et les citoyens qui attendent le lancement de signaux positifs pour stimuler la dynamique économique sont appelés à patienter. Les mesures détaillées des actions prioritaires qui seront menées durant les 100 premiers jours du gouvernement n’ont pas été dévoilées jeudi, comme l’avait annoncé Saâdeddine El Othmani lors de sa première sortie télévisée (voir notre édition du 2 mai).

L’exécutif semble faire des annonces au compte-goutte. Sur le plan économique, «le gouvernement donnera la priorité à l’encouragement des entreprises, au soutien des investissements et à la promotion de l’emploi», a indiqué El Othmani, lors de la réunion du Conseil du gouvernement, tenue jeudi à Rabat. L’une des premières actions de la nouvelle équipe, la réunion de la Commission nationale des investissements. Sa première rencontre sous le mandat El Othmani a été tenue jeudi à Rabat. Objectif, examiner les dossiers de plusieurs projets d’investissements d’une valeur dépassant 63 milliards de DH.

«Ce qui montre le niveau d’attractivité du Maroc, confirmée par le dernier rapport du cabinet Ernest&Young, qui a classé le Maroc comme 1re destination des IDE en Afrique, après avoir occupé la 2e position l’année dernière», a noté Mustapha El Khalfi, ministre en charge des Relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement. Cela est le résultat de «l’amélioration du climat des affaires de 22 points, selon la Banque mondiale», a-t-il dit.

Conscient des difficultés auxquelles font toujours face les entreprises, Moulay Hafid Elalamy a appelé à déployer davantage d’efforts pour améliorer la situation. Intervenant lors du Conseil du gouvernement, il a estimé que «beaucoup de choses restent à faire pour renforcer l’attractivité du pays, notamment en introduisant de nouvelles réformes». L’une d’elles concerne la refonte de la Charte d’investissement qui «constitue également l’une des priorités des 100 premiers jours du gouvernement», selon El Khalfi.

Ce texte a été examiné lors de la dernière réunion du Conseil du gouvernement. Il vise à «instaurer une nouvelle politique qui met en avant les points forts du Maroc dont la stabilité et la sécurité en plus de l’amélioration continue du climat des affaires», a-t-il expliqué. Le gouvernement devra «consulter les différents intervenants, dont la CGEM et le secteur bancaire, afin de déterminer les potentialités à exploiter pour renforcer l’attractivité du pays et son ouverture». Ce nouveau texte devra «introduire aussi des changements permettant de prendre en considération les stratégies sectorielles et régionales, contrairement au texte en vigueur, élaboré avant leur lancement», a noté le ministre.

Globalement, cette Charte ambitionne de «favoriser l’implication des investisseurs dans le processus d’émergence industrielle». Cela passera par «la consécration des garanties et des incitations accordées aux investisseurs, dont la simplification des procédures, la transparence des appels d’offres, l’appui des entreprises…». Au moment où les opérateurs s’attendent à des mesures en rupture avec les politiques du gouvernement sortant, l’équipe El Othmani semble opter pour du réchauffé.

Les mesures annoncées dans ce sens ont été prévues dans le projet de loi de finances, élaboré à la fin du mandat précédent. C’est le cas de l’exonération des nouvelles entreprises de l’IS durant les 5 premières années, la création d’une zone franche au niveau de chaque région, la mobilisation de 500 millions de DH pour le soutien des start-ups… Le chef du gouvernement a sollicité les propositions des différents ministères avant d’adopter cette nouvelle charte et la transférer au Parlement.

Autres mesures prioritaires annoncées: l’accélération de la fusion des agences d’attraction des investissements et de promotion des exportations, comme l’AMDI, Maroc Export… Les projets de loi concernant cette opération ont été aussi déposés au Parlement à la fin du mandat précédent.

Le gouvernement a décidé de ne pas les retirer, selon le ministre. Il a indiqué que l’accompagnement de la politique africaine du Maroc figure aussi parmi les priorités de la nouvelle équipe. Ainsi, 24 conventions avec des pays africains ont été adoptées lors de ce Conseil du gouvernement, dont 10 portant sur des dossiers économiques et d’investissement.

Le public aussi...

PARALLÈLEMENT à l’attraction des investissements privés, le gouvernement promet également de relancer ceux de l’Etat. Mustapha El Khalfi a minimisé l’impact de l’absence du gouvernement durant plusieurs mois sur l’exécution du budget d’investissement. «L’adoption d’un décret pour débloquer les crédits a permis d’éviter les effets négatifs de cette situation», a-t-il dit. Il a avancé que les investissements publics durant le premier trimestre de cette année ont connu une augmentation de 3,7% par rapport à la même période de 2016, soit 21 milliards de DH contre 19 milliards.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc