Economie

Tourisme: La destination retrouve ses couleurs

Par Amin RBOUB | Edition N°:5016 Le 04/05/2017 | Partager
Augmentation des arrivées et des nuitées
Baisse des recettes de 5,6% en mars
2,1 millions d’arrivées au premier trimestre
tourisme_016.jpg

Les touristes français et allemands drivent la hausse des arrivées. Ils sont suivis juste après par les ressortissants du Royaume-Uni, des Pays-Bas et l’Espagne

Un air de reprise souffle sur la destination Maroc. En effet, les arrivées aux postes frontières des touristes non résidents affichent une progression de 3,7% en mars. Cette hausse a été tirée essentiellement par les principaux marchés émetteurs: français (+6%), hollandais (4%) et  surtout américain (24%). En revanche, certains marchés ont accusé des baisses. C’est le cas notamment de l’Espagne (-8%), la Belgique (-3%) et l’Allemagne (-2%).

Ils ont été 762.562 touristes à avoir franchi les postes frontières. Bien évidemment, cette hausse significative des arrivées a eu des retombées sur les nuitées dans les établissements d’hébergement classés. Pour preuve, le volume des nuitées durant le mois de mars aura été de 1,75 million. Ce qui représente une nette amélioration de 18% par rapport à la même période en 2016. Cette augmentation des nuitées concerne aussi bien les touristes non résidents que les touristes marocains avec des bonds respectifs de 19,1 et 15,4%. Globalement, le taux d’occupation moyen dans les établissements classés a atteint 44% en mars dernier. Soit une hausse de 5 points par rapport au même mois en 2016.

Selon les statistiques du ministère du Tourisme, les performances de mars ont profité aux principales destinations: la ville de Fès a connu la plus forte hausse (25%), suivie de Marrakech (22%), Casablanca (22%), Tanger (21%), Rabat (21%) ou encore Agadir (20%).

Mais curieusement, malgré la hausse des arrivées et des  nuitées, les recettes de voyages, elles, ont enregistré une baisse de 5,6% par rapport à mars de l’an  dernier. Selon l’Office des changes, la destination Maroc a réalisé des recettes de l’ordre de 4,7 milliards de DH.

De l’avis d’experts, cette tendance à la baisse des recettes s’explique par deux arguments: soit la destination brade ses produits et services, soit l’effet volume des réservations effectuées par des TO et des plateformes électroniques qui plaident en faveur de la compression des marges des transporteurs, des hôteliers, restaurateurs, guides... A priori, la seconde explication est la plus recevable compte tenu des mutations qui s’opèrent via la digitalisation du business du voyage ou encore l’ubérisation qui gagne du terrain.

Sur le premier trimestre, le volume des arrivées aux postes frontières a atteint 2,1 millions de touristes. Soit une progression de 7,9% par rapport à la même période en 2016. Cette hausse des arrivées provient de pratiquement l’ensemble des marchés émetteurs du Maroc. L’Allemagne et la France arrivent en tête avec un taux de 6%. S’ensuivent  le Royaume-Uni et la Hollande (5%), ainsi que l’Espagne (4%) ou encore la Belgique (3%). Fait nouveau, les marchés touristiques émergents (pour le Maroc) réalisent des scores performants, notamment la Chine (+784%), la Russie (+79%), le Japon (+62%), la Corée du Sud (+63%), les Etats-Unis (+31%) et le Brésil (+28%).

Sur la même période (janvier-mars), les deux pôles touristiques du Maroc (Marrakech et Agadir) ont généré à eux seuls 61% des nuitées. Les deux villes ont réalisé une progression de 19% chacune. Fès et Tanger ont également enregistré de bonnes performances en termes d’hébergement, soit respectivement 32 et 24%. Grosso modo, à fin mars, le taux d’occupation a atteint 39%. Il a augmenté de 4 points par rapport au 1er trimestre 2016.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc