Habillage_leco
Economie

Syrie, Libye, Yémen: La reconstruction, c'est aussi des instances fortes

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5006 Le 19/04/2017 | Partager
Un nouveau contrat social pour distancer l'ancien
Il faudrait 10 ans à la Syrie pour rétablir son PIB d'avant la guerre

Alors même que la situation en Syrie, Yémen et Libye est toujours instable voire chaotique, la Banque mondiale lance la réflexion et le débat sur la reconstruction. L'après guerre doit être bien géré pour aider ces pays ravagés par les conflits à reconstruire leur économie et réintégrer leurs populations.

«La reconstruction ne doit pas se concentrer uniquement sur les infrastructures mais aussi sur les institutions. L'origine de ces guerres est la rupture du contrat social. Il en faut élaborer un nouveau ainsi que des institutions fortes», souligne Shanta Devarajan, économiste en chef de la Banque mondiale pour la région lors du débat organisé lundi 17 avril à Rabat. La Banque mondiale y a lancé le «rapport de suivi de la situation économique dans la région Mena en collaboration avec l’OCP Policy Center. Les nouvelles institutions devraient, selon les experts, tenir compte du sentiment d'exclusion à l'origine des contestations.

La stratégie à adopter ne devrait pas être du seul ressort de  l’administration centrale. Des mécanismes de consultation grâce auxquels le public pourrait donner son avis et influer sur les décisions doivent être mis en place. Cela permettra de distancer  l'ancien contrat social qui a été un échec . Ainsi le  programme de reconstruction post-conflit laisserait aux gens le choix des avantages dont ils souhaitent par exemple bénéficier.

La reconstruction représente un défi économique important. Comme cela a été souligné par Hafez Ghanem, vice-président de la Banque mondiale pour la région, «il faudrait 10 ans à la Syrie pour rétablir son PIB à un niveau proche du PIB réel affiché avant le déclenchement de la guerre civile en 2010, en supposant une croissance moyenne de 5%». Un taux de croissance inférieur à ce seuil retarderait le rétablissement de l'économie d'une autre décennie.

La reprise de la production pétrolière en Libye tout comme en Syrie permettra à l'économie de se rétablir plus rapidement puisqu'elle pourrait devenir une source importante de financements. «L'expérience d’autres pays sortant d’un conflit montre que ceux qui jouissent de ressources naturelles importantes sont en mesure de relancer leur économie plus rapidement que ceux qui en sont dépourvus. En procédant en priorité au rétablissement de la production pétrolière, il devrait être possible de relancer l'économie et de financer d’autres projets de reconstruction», estiment les experts de la Banque mondiale.

La relance de l'économie syrienne tout comme celle des pays qui sont en conflit  dépendra de la stratégie de reconstruction qui sera adoptée, de sa mise en œuvre et du soutien de la communauté internationale. Surtout que ces guerres ont eu des impacts importantes sur les pays voisins  tout autant que sur les régions éloignées. «La conclusion d'un accord concernant le programme de reconstruction pourrait devenir le point de convergence de différents acteurs régionaux et internationaux engagés dans les conflits actuels», estime le rapport de l'institution internationale. Un processus identique à celui poursuivi au cours des derniers jours de la deuxième guerre mondiale, à Bretton Woods, est recommandé.

Conséquences intergénérationnelles

Enfants privés d'école, réapparition de maladies transmissibles, traumatismes psychologiques…Les dommages causés par les conflits en Syrie, Libye et Yémen sont inestimables. Et ils risquent d'avoir des conséquences intergénérationnelles à long terme. A titre d'exemple, le Fonds international de secours à l’enfance des Nations unies chiffre à environ 10,5 milliards de dollars la perte de capital humain liée à l’absence de possibilités d’éducation pour les enfants et les jeunes syriens.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc