Régions

Midelt: Un GIE pour les producteurs d’olives à Er-Rich

Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:5003 Le 14/04/2017 | Partager
En 5 ans, le GIE a réuni 4.500 adhérents dont 54 femmes, regroupés dans 7 coopératives
Une unité de production d’une capacité de trituration de 60 t/j et une capacité de stockage de 300 tonnes
midelt_gie_003.jpg

La modernisation des outils et des méthodes de production de l’huile d’olive ont propulsé la production du GIE Dahab Ziz-Guir, tant en quantité qu’en qualité (Ph. SB)

Le Groupement d’intérêt économique Dahab Ziz-Guir représente l’une des résultantes du Pilier II du Plan Maroc Vert dans l’agrégation solidaire à Er-Rich, dans la province de Midelt. En cinq ans, il est devenu le premier producteur solidaire d’olives dans la région. Créé en 2012, le GIE Dahab Ziz-Guir réunit aujourd’hui 4.500 adhérents dont 54 femmes, regroupés dans 7 coopératives dans le cercle Er-Rich. Cette zone, peu connue pour son huile d’olive, produit pourtant une huile d’olive d’excellente qualité.

Souffrant de l’éclatement de la production et la forte présence des intermédiaires, les petits agriculteurs se retrouvaient avec de très petites productions dont les revenus étaient insuffisants. Le peu d’intérêt pour la culture de l’olivier, l’utilisation des moulins traditionnels et la méconnaissance des normes de qualité limitaient le développement de la filière. Avec une chaîne de production non structurée dont la valorisation se fait en dehors de la zone, le secteur dégageait peu de valeur ajoutée pour l’économie locale. «Avec seulement quelques oliviers, je n’arrivait pas à joindre les deux bouts.

En adhérant à la coopérative et au GIE, mon revenu a augmenté, je vends l’huile jusqu’à 55 DH au lieu de 30 et j’ai même planté d’autres oliviers», assure un agriculteur bénéficiaire. Plusieurs actions ont été entreprises pour intervenir à la fois au niveau de l’agriculture et au niveau du fellah de la région. Des ateliers de formation et d’accompagnement ont permis de renforcer les connaissances des agriculteurs, détenant déjà un savoir ancestral, mais nécessitant une approche moderne pour s’accommoder aux exigences de qualité et de compétitivité. L’accompagnement des adhérents a ainsi renforcé l’intérêt pour la culture de l’olivier auprès des agriculteurs et une meilleure adhésion aux principes du travail solidaire.

Aujourd’hui, la superficie oléicole totale couverte par le GIE est de 3.650 ha et totalise une production annuelle d’olives estimée à 6.000 tonnes avec une moyenne de production d’huile d’olive de 1.200 tonnes. L’unité de production appartenant au GIE a une capacité de trituration de 60 t/j et une capacité de stockage de 300 tonnes. Ce projet a mobilisé un budget de 17 millions de DH comme capital initial de réalisation de l'unité, auquel a été ajouté un montant supplémentaire de 700.000 DH. Sur le total du budget, 50% sont assurés par le programme Millennium Challenge de l’agence du partenariat pour le progrès.

Le ministère de l’Agriculture participe à hauteur de 30% et l’ORMVA d’Errachidia participe, quant à lui, à travers l’accompagnement, l’encadrement de proximité et le développement agricole de la zone. Le crédit agricole intervient pour sa part au niveau

medilt_errich_003.jpg

Er-Rich est une ville du Maroc. Elle est située dans la région de Drâa-Tafilalet. La prison secrète de Tazmamart
se trouvait à proximité

du financement avec des prêts à taux de 15% sur les investissements et sur quelques activités du groupement. «Ce passage à un niveau supérieur de production, en quantité et en qualité, a ouvert des horizons, tant au niveau national qu’international, jusque-là inimaginables pour la commercialisation de l’huile locale. Plus encore, il a motivé beaucoup d’agriculteurs pour adhérer au travail solidaire», note Mustapha Mahni, directeur de projet. Cette évolution a été accompagnée par l’obtention de plusieurs normes de qualité dont l’ISO 2020, le label du produit de terroir, ainsi que le label de l’huile du millénaire.

«L’huile d’olive du GIE Dahab Ziz-Guir a obtenu sa marque déposée et a gagné également le premier prix de la meilleure huile extra-vierge lors du Siam en 2014», rappelle fièrement Abdelaziz Benadou, président du GIE. Néanmoins, le GIE doit faire face à plusieurs difficultés, liées principalement à la gestion financière, avec l’insuffisance du fonds de roulement ainsi que l’inefficacité des crédits octroyés, débloqués à la fin de la compagne agricole et non au début. Cela n’empêche pas le GIE d’envisager l’avenir avec beaucoup de projets de développement en vue.

Ainsi, il vise à mettre en place un centre de formation au profit des agriculteurs dans la zone, et une unité moderne de production de l’olive de table et de faire adhérer le maximum de producteurs d’olives dans la région. En outre, le GIE gagnerait à mieux se développer avec l’ouverture à d’autres produits de la chaîne oléicole, comme la valorisation des déchets de la production de l’huile d’olive comme alternative au bois de chauffage. Un projet en cours de réflexion. Et pour faire découvrir l’économie sociale et solidaire et ses avantages aux agriculteurs de la région, une «rencontre de l’olive» est organisée annuellement dans la ville d’Er-Rich et en est à sa deuxième édition. Elle vise l’information à propos des programmes d’accompagnement et propose des formations et ateliers relatifs au thème de l’économie sociale et solidaire dans la région.

Un nouvel instrument d’accompagnement

Le Centre Drâa Tafilalet pour le développement durable CDTDD est une association régionale créée en 2016 pour l’accompagnement, la promotion et la réalisation des projets de développement durable avec et pour les communautés locales. L’accompagnement concerne des associations, des coopératives et leurs groupements et des collectivités locales dans la région. Son action consiste en le renforcement  des capacités des acteurs locaux, l’information, le conseil et le soutien des initiatives locales innovantes.

De notre correspondante,
Sabrina BELHOUARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc