Régions

Agadir: Encore une autre tragédie de la route

Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:4934 Le 09/01/2017 | Partager
L’Equipement enquête sur 25 km de descente dangereuse de l’autoroute
Une collision entre un camion et un autocar à l’origine de l’accident
agadir_accident_034.jpg

SM le Roi s’est rendu, samedi dernier, au chevet du seul blessé transportable dans l’accident. Âgé de 48 ans, il a été admis au Centre hospitalier universitaire Mohammed VI de Marrakech. Le Souverain prendra en charge personnellement les frais d’hospitalisation des blessés et d’inhumation des victimes

10 personnes ont trouvé la mort asphyxiées, brûlées dans un car de transport de passagers reliant Rabat à Tafraout et qui comptait plus de 40 personnes. Ce sont les victimes du drame routier qui a eu lieu aux premières heures de samedi dernier sur l’autoroute Agadir-Marrakech. Exactement  au niveau d’Amskroud, à une quarantaine de kilomètres du chef-lieu du Souss, non loin de la station de péage. Parmi les morts, au moins trois enfants, selon les dernières estimations. Les autres blessés, plus d’une vingtaine, ont été transportés à l’hôpital Hassan II d’Agadir pour recevoir les soins d’urgence.

Les blessés légers ont pu rentrer chez eux par la suite. Un homme brûlé au troisième degré et souffrant de blessures graves a été, quant à lui, transféré dans un hélicoptère du ministère de la Santé au CHU Mohammed VI de Marrakech. Sa famille a été transférée de  son village Tanalt pour être à ses côtés. Tous les frais d’hospitalisation, de transfert et d’enterrement sont pris en charge par sa Majesté le Roi Mohammed VI, indique un responsable à la wilaya de la région Souss Massa.
Dans le détail, l’incendie s’est déclaré suite à une collision entre le car de transport de passagers et un camion de marchandises.

La collision aurait causée un court circuit au niveau du système de chauffage du car, ce qui a déclenché un incendie qui s’est propagé à une grande vitesse sur le tableau de bord du véhicule. Le chauffeur du car s’est alors arrêté en catastrophe et a actionné l’ouverture des portières, mais celles-ci étaient bloquées. Il a donc cassé la vitre se trouvant à son niveau pour sortir avec d’autres passagers. «Nous avons aidé d’autres personnes à quitter le véhicule, mais nous n’avons rien pu faire pour celles qui dormaient profondément», a-t-il déclaré.

Toutefois, une rescapée va préciser que le chauffeur, qui est pour l’instant en garde à vue, roulait trop vite. Il faut dire que sur près de 25 kilomètres, le tronçon avant le dernier péage se présente sous forme d’une descente très dangereuse. D’ailleurs, à ce niveau et en seulement quelques mois, il y a eu 21 morts, est-il indiqué auprès de la wilaya. Une commission du ministère de l’Equipement a été dépêchée de Rabat pour un rapport approfondi sur ce passage dangereux. «Le premier moment de surprise passé, j’ai pu forcer les portes mais l’accès était pratiquement impossible à cause des flammes et de la fumée», témoigne un passager. «Je n’arrive pas à oublier ce couple avec son enfant…ils dormaient et n’ont pas pu être sauvés, ils sont morts asphyxiés», ajoute-t-il.

Les sapeurs-pompiers sont arrivés par la suite sur le lieu du drame et ont essayé de maîtriser le feu. A la fin, il ne restait de l’autocar qu’une carcasse complètement calcinée. Zineb El Adaoui, wali de la région Souss Massa et gouverneur de la préfecture d’Agadir Ida Outanane, est allée sur les lieux du drame et a rendu visite aux victimes diligentées vers l’hôpital Hassan II d’Agadir. Une enquête est actuellement menée par la gendarmerie sous la supervision du parquet afin de définir les circonstances exactes de cette tragédie.
De notre correspondante,
Fatiha NAKHLI
 

 

L'Economiste vous conseille

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc