×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste



eleconomiste
Vous êtes 172.689 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 216.351 articles (chiffres relevés le 2/6 sur google analytics)
L'Edito

Triste record mondial

Par Nadia SALAH| Edition N°:5312 Le 11/07/2018 | Partager
nadia_salah.jpg
 

Hier le Ministère des Finances et la CGEM ont signé un accord pour créer un  Observatoire des paiements. C’est le premier acte public de Salaheddine Mezouar, le nouveau patron des patrons. On observe qu’il avance en diplomate, démarche très différente de Miriem Bensalah-Chaqroun. On verra ce qui marche le mieux: secouer ou caresser?
En attendant, un simple observatoire des paiements paraît une mesure bien timide face aux drames à multiples facettes générés par les délais de paiement trop longs. La moitié des 8.000 PME mortes l’année dernière sont mortes de paiements en retard. La croissance des défaillances est à deux chiffres depuis 8 ans. 
A-t-on vraiment conscience que c’est un record mondial? Un terrible record mondial qui, faillite après faillite, pousse le Maroc en dehors du champ de confiance, nécessaire au commerce, aux investissements et, pour tout dire, nécessaire à la croissance du niveau de vie des Marocains.
Les bureaux privés d’analyse Euler Hermes et Inforisk n’ont attendu ni le Ministère de l’Industrie ni celui des Finances pour alarmer les pouvoirs publics et porter la voix des entreprises. Heureusement, sinon on serait encore prisonnier du déni.
Partout se produisent des manifestations, des protestations, sans compter les boycotts. Parfois, de la violence s’y glisse. Il arrive que de jeunes hommes insultent et crachent sur des touristes. Ces jeunes sont si marginalisés qu’ils ne sont même plus conscients que ces touristes aident à sortir le Maroc de sa dépression. Une dépression qui a mis 2,8 millions de jeunes, 8% de la population, sur la paille. Ni eux, ni les employés des entreprises fermées ne participent à la création de richesse, pour eux, pour leur famille, pour le Maroc. Les manifestants protestent pour le pouvoir d’achat: ils ont raison. Mais cela ne vient pas des prix. 
Cela vient de trois gouvernements successifs,  tous incapables de produire une politique de croissance à partager.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc