×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Taper dans la fourmilière

Par L'Economiste| Edition N°:2210 Le 09/02/2006 | Partager

Les résultats de notre enquête sur ce qui semble être une vague d’islamisation des grandes écoles, ne sont pas simplement inquiétants. Ils corroborent ce que le sondage de L’Economiste/Sunergia a révélé, il y a quelque temps, à savoir la prédisposition d’une partie, non négligeable, de notre jeunesse à la tentation islamiste.Mouvements contestataires sur fond de revendications religieuses, d’interdits, signes ostentatoires -boîte à outils indispensable de la mouvance islamiste- interruption des cours à l’appel à la prière… Qu’on le veuille ou non, tout cela exacerbe le communautarisme dans les campus. Il y a eux... Et il y a les autres. Il y a enfin cette exigence d’anonymat de la plupart de nos interlocuteurs, sans doute par crainte de représailles, qui n’augure rien de bon. On ne peut pas ne pas être attentif à tous ces indices, inquiétants parce que c’est dans ces écoles que se décide l’avenir de notre pays et c’est là où devrait se recruter notre future élite. Aujourd’hui, ce qui risque de se produire, c’est que le dualisme entre grandes écoles marocaines et leurs homologues étrangères, se creuse davantage au profit de ces dernières. Lorsqu’on est employeur, pour ces profils-là, on est attentif à recruter des têtes bien pleines mais aussi bien faites. Aujourd’hui, il faut chercher les raisons de cette faible immunisation de nos futurs ingénieurs. Ces raisons, il faut les chercher en amont des filières maths sup, maths spé. Car après tout, ce climat délétère dans ces établissements démontre la nécessité indéniable d’une profonde réforme de notre système d’enseignement. Un enseignement qui a enregistré assez de déboires comme cela: inadéquation avec le marché de l’emploi, arabisation…Ces réformes ont besoin d’hommes politiques qui aient le courage de prendre les bonnes décisions, taper dans la fourmilière, quitte à se faire détester.Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc